Cet article date de plus de 4 ans

Rouen : rues bloquées et feux de poubelles

Ce mardi 5 avril, une manifestation contre la réforme du code du travail a traversé les rues du centre ville de Rouen. En marge du cortège, la police a arrêté trois personnes, dont une qui était armée d'une barre de fer 

© Richard PLUMET / France 3 Normandie
A Rouen environ 300 personnes, dont principalement des jeunes, étaient au départ ce mardi matin d'une manifestation contre la "Loi Travail". Après un départ du Cours Clémenceau (rive gauche), et alors que les dockers et salariés du port de Rouen bloquaient les accès du pont Mathilde, le cortège a parcouru des rues du centre ville de la rive droite. 

Arrivé à proximité de la gare, le groupe de manifestants a établi un premier barrage en haut de la rue Jeanne d'Arc avec des poubelles.  Pendant le sitting, des policiers en tenue d'intervention protégeaient, un peu plus haut, les accès de la gare SNCF.

Le cortège (avec de nombreuses personnes au visage masqué et accompagnées de chiens) a ensuite repris son chemin pour un deuxième blocage peu avant 13h devant le théâtre des Arts. (Voir la vidéo en haut de cette page). Des barrières et des panneaux de chantier ont été utilisés par les manifestants pour empêcher la circulation à la fois des tramways (métro) et des voitures.
Des poubelles ont été enflammées. La circulation du métro a été stoppée et les voyageurs, pas informés de la situation, ont été contraints de descendre des rames et à poursuivre leur chemin à pied d'une rive à l'autre de la Seine.

Au bout d'une trentaine de minutes les manifestants (au nombre d'une centaine) sont repartis en direction du boulevard des Belges où ils ont bloqué encore une fois la circulation et mis le feu à des poubelles, notamment sous un passage souterrain.

Le groupe a ensuite regagné  le centre ville en passant par la place du Vieux-Marché et la rue du Gros-Horloge. Ce n'est que vers 15h que le cortège s'est disloqué et que les difficultés de circulation en centre ville cessaient.

On ne connait pas encore le montant des dégâts.
La police a arrêté trois personnes dont une qui était  armée d'une barre de fer. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mouvement social économie social