Des suspects arrêtés grâce à la vidéo-surveillance dans une entreprise près de Rouen

© France 3
© France 3

Deux hommes ont été repérés à distance quand ils escaladaient le grillage d'un site protégé pour y voler du carburant. L'un deux a été condamné à de la prison ferme

Par Richard Plumet

Une intrusion rapidement détectée

Il est 2 heures du matin ce lundi matin (23 novembre) quand les agents de permanence d'une société de vidéo-surveillance repèrent sur leurs écrans deux silhouettes qui escaladent le grillage d'enceinte de l'entreprise de location de matériel Loxam située rue Basly, dans une zone industrielle de Petit-Quevilly, au sud de Rouen.

La société de télé-surveillance et de vidéo-protection alerte immédiatement le standard de Police-Secours. Le centre de commandement de l'hôtel de police envoie alors un équipage de la brigade canine, déjà en patrouille sur cette partie de la rive gauche de l'agglomération de Rouen.

Des vêtements qui sentent le carburant

Une fois sur place les policiers repèrent deux hommes. Ils s'approchent mais l'un des deux suspects, à la vue des fonctionnaires, part en courant et tente de fuir. Il sera rattrapé, interpellé et ramené près de son comparse.  Il s'agit de deux hommes, l'un âgé de 39 ans, l'autre de 25 ans, habitant tous les deux Petit-Quevilly. Leurs vêtements sont mouillés et sentent le gasoil.

Le plus âgé va expliquer aux policiers qu'avec son beau-fils ils sont entrés avec une pompe dans l'enceinte de l'entreprise dans le but de voler du carburant. La pompe et des gants en plastique sont en effet retrouvés près d'une grande cuve sous laquelle le plus jeune s'est glissé pour tenter de dévérouiller le système de vidage.

De la prison ferme

Ramenés à l'hôtel de police les deux suspects ont été placés en garde à vue puis présentés à la justice. Si l'un a été remis en liberté (avec tout de même 98 heures de Travaux d'Intérêt Général à effectuer), l'autre, celui de 39 ans, récidiviste connu pour des faits similaires, a écopé de deux mois de prison ferme. 
Ce à quoi il faut ajouter deux mois en raison de la révocation d'un sursis, "souvenir" d'une précédente condamnation…

Sur le même sujet

Les + Lus