Ouverture des marchés : quelles organisations sont mises en place pour respecter les consignes sanitaires ?

© J Rousseau, France3 Normandie
© J Rousseau, France3 Normandie

Les marchés reprennent doucement leurs places dans notre quotidien. Mais plus question de se frôler au hasard des étals ou de tâter les fruits. Le coronavirus impose de nouvelles attitudes, et des organisations différentes selon les communes. Exemples en Seine-Maritime 

Par Myriam Libert

"Goûtez moi ça ma p'tite dame" nous lançait tout guilleret le vendeur de fruits et légumes il y a encore quelques semaines en nous tendant une fraise ou un bout de melon. 

Mais ça c'était avant. 
Avant les masques, les gants et tout le protocole de "distanciation sociale".

Des mots et des situations nouvelles qu'il va falloir adopter sans rechigner si l'on veut continuer à faire nos courses sur les marchés.
 


Yvetot, la bonne élève

Samedi 16 mai, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner est venu humer l'ambiance à Yvetot capitale du pays de Caux, et vérifier les mesures mises en place pour la réouverture des marchés. 
A Yvetot, le marché a lieu deux fois par semaine. Le samedi matin, une cinquantaine de commerçants se retrouvent en centre ville.

Il a donc fallu réorganiser le marché, en neutralisant une rue supplémentaire et permettre ainsi une distance de 3 à 7 mètres entre chaque étal.
  • L'acheteur doit respecter le sens de circulation, avec entrée et sortie dédiées, et cérémonie du gel hydralcoolique avant et après les courses.
  • Les vendeurs ont l'obligation de porter un masque, et d'opérer une distance d'un mètre entre leurs étals et les acheteurs.
 
 

A Dieppe, la grande rue retrouve des couleurs

Le marché du samedi matin à Dieppe est une institution.
La grande rue piétonne se colore des clameurs des vendeurs et des étals bigarrés.

Dès 7 heures ce samedi 16 mai, les commerçants étaient à pied d'oeuvre pour installer leurs produits. L'heure aussi pour les agents municipaux de rappeler les nouvelles procédures aux vendeurs, et de poser des affichettes pour les promeneurs et les consommateurs.

Barrières et cordons de sécurité sont installés, ainsi que des gels hydroalcooliques à la dizaine de points d'accés du marché.

On prend plus de précautions, on désinfecte plus souvent la balance ou le terminal de carte bleue. Au lieu de le faire une fois ou deux dans la matinée, on le fait 20 fois !
Virginie Malandain, vendeuse

Tout au plaisir de retrouver leur marché, les acheteurs ne se formalisent pas de l'attente aux étals ou des restrictions imposées. 

On avait vraiment besoin de bons légumes frais, de revoir aussi nos commerçants avec lesquels on a l'habitude de discuter. On est très heureux !
- Sébastien Pagnier

Le marché de Dieppe retrouve des couleurs



A Rouen, le marché Saint-Marc à moitié vide ou à moitié plein ?

La municipalité rouennaise a fait le choix d'une semaine sur deux. 
Pour ne pas dépasser le nombre de 50 étals sur la place Saint-Marc, les commerçants orientés habituellement à l'est sont invités à ne venir qu'un wek-end sur deux, et ceux situés à l'ouest s'installeront dans l'alternance.

Un curieux choix qui ne permet pas le panachage des commerces, un certain nombre d'entre eux étant regroupés en spécialités : bouchers charcutiers ou primeurs. D"où l'absence ce dimanche matin des charcutiers, bouchers, volaillers ou traiteurs.
Donc pas de traditionnel poulet grillé !
Une organisation critiquée par des clients mais surtout par les vendeurs, qui auraient aimé être consultés par la municipalité, et qui n'acceptent pas de perdre la moitié de leur chiffre d'affaire.

Questionné ce matin  par la rédaction de France 3 Normandie sur cette organisation polémique du principal marché de la ville, et sur les possibilités de faire comme à Dieppe, le maire de Rouen a expliqué que le marché Saint-Marc est spécifique par sa grandeur et qu'il fallait trouver une solution rapidement, "dans l'urgence". 

Yvon Robert n'exclut pas pour autant de changer de procédure s'il le faut.

Il y a une vingtaine de petits marchés à Rouen qui ont tous rouvert sans problèmes. Le marché Saint-Marc, c'est 200 commerçants ! On y vient en voiture, et au delà de l'agglo. C'est un lieu de rencontre, et le dimanche aux alentours de midi il y a une foule considérable, d'où la recherche de plusieurs solutions"
Yvon Robert, maire de Rouen

Yvon Robert explique les difficultés de la réouverture des marchés de Rouen

VIDEO : Bérangère Dunglas et Félix Bollez


Des ajustements attendus 

Pourquoi pas neutraliser des rues autour de la place Saint-Marc pour permettre à plus de commerçants de s'installer comme l'ont fait les communes de Dieppe, Sotteville  et Yvetot ?
Et déplacer les brocanteurs sur la place du 39ème Régiment d'Infanterie ? 
La ville de Rouen réfléchit à tout cela, bien consciente du poids économique et social de ce rendez-vous incontournable du week-end.

Reste aussi à rappeler à tous, et sur les autres marchés de Rouen comme celui de la place du Vieux-Marché, les consignes sanitaires comme les distances de sécurité, le port du masque et, si ce n'est pas le cas, de tousser dans son coude...


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus