• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Père Jacques Hamel : l'hommage émouvant de sa petite soeur Roseline

Dans "Jacques, mon frère", elle raconte l'enfance de son grand frère / © Stéphane L'hôte
Dans "Jacques, mon frère", elle raconte l'enfance de son grand frère / © Stéphane L'hôte

Le mardi 26 juillet 2016, le père Jacques Hamel est assassiné pendant sa messe dans l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray. Sa soeur, Roseline Hamel publie un ouvrage intutulé "Jacques, mon frère" dans lequel elle raconte la relation fusionnelle qu'elle entretenait avec son grand frère.

Par ADV

Une fratrie séparée

Jacques Hamel et Roseline Hamel avaient dix ans d'écart. Alors que Roseline est toute jeune, leurs parents se séparent. Leur mère, Jeanne part vivre dans le nord de la France avec la petite Roseline sous le bras, tandis que Jacques reste avec son père Georges en Normandie. Quelques années plus tard, leur père viendra "kidnapper" Roseline chez leur mère. Ce n'est qu'adolescente que Roseline retrouvera sa mère.
Durant toute cette période, Jacques l'aîné vivra souvent loin de sa petite soeur entre son service militaire en Algérie et son choix de prêtrise.
Une enfance faite de séparations qui a malgré tout rapproché cette fratrie devenue fusionnelle au fil des années.
 

L'âge avançant, je prenais soin de loin, pour qu'il soit là longtemps. Le plus longtemps possible. 

 
"Jacques, mon frère" - Ed. Bayard / © Stéphane L'hôte
"Jacques, mon frère" - Ed. Bayard / © Stéphane L'hôte
 

Un homme dévoué

Le père Jacques Hamel aimait les gens, il aimait les écouter. Malgrè sa pudeur, sur sa foi particulièrement, il a toujours été dévoué à sa mission paroissiale. Dans cet ouvrage, Roseline Hamel explique qu'il "n'aurait pas pu vivre différemment" et avoue même que Jacques a peut-être "négligé sa famille en raison de son dévouement aux autres". Il a pris sa retraite à contre-coeur à l'âge de 75 ans.
 


Sa mort est un symbole

Le mort du père Hamel, assassiné par deux terroristes dans l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray le mardi 26 juillet 2016 a anéanti Roseline. Le plus difficile nous confie t'-elle "c'est de partager mon deuil avec le reste du monde. Elle explique dans son ouvrage que son grand frère "ne serait pas très heureux de sa popularité".


Depuis le décès de Jacques, beaucoup de personnes me souhaitent "bon courage". D'autres me disent qu'il faut laisser le temps au temps, que passe le temps du deuil. Ce sont des phrases rituelles, que les gens répètent inlassablement, sans y réfléchir : cela me donne envie de hurler. Roseline Hamel

 
Entretien avec Roseline Hamel auteure de "Jacques, mon frère"

A lire aussi

Sur le même sujet

Du soleil pour le début d'Archéo Jazz 2019

Les + Lus