Reprise de l'ADMR 76 par l'AMAPA : la CFDT pose ses conditions

Le siège social de l'ADMR à Montville (Seine-Maritime). / © Jean-Luc Drouin
Le siège social de l'ADMR à Montville (Seine-Maritime). / © Jean-Luc Drouin

Depuis le mois d'août 2015, l'association d'aide en milieu rural est en redressement judiciaire. L'AMAPA (Aide Maintien Accompagnement des Personnes Agées) a proposé le maintien de tous les emplois après négociations. La CFDT a réagi à sa proposition.

Par Aurélien Deligne avec ANI

La CFDT santé sociaux de la Seine-Maritime demande que la proposition de reprise de l’ADMR 76 par l’AMAPA (Aide Maintien Accompagnement des Personnes Agées) entité du groupe DocteGestio dont le siège est à Metz, fasse l’objet "d’une étude sérieuse". "On ne peut s’arrêter aux effets d’annonce", réagit Didier Quint, secrétaire général du syndicat.

L’AMAPA envisagerait une reprise de la totalité du personnel de l’aide à domicile alors qu’un accord pour le licenciement de 343 salariées a été signé entre la direction et la CGT. L’AMAPA ajoute toutefois une condition : la mise en œuvre de la modulation des heures supplémentaires non plus sur un an mais sur trois ans comme le prévoit la loi El-Khomri.


Un calcul "difficilement envisageable"

Or pour la CFDT, ce calcul est "difficilement envisageable. Dans la proposition de l’AMAPA, explique Didier Quint, ce seront uniquement les salariés qui subiront les aléas du marché du Maintien de l’autonomie à domicile : Une forme de concurrence déloyale pour les autres acteurs associatifs qui s’efforcent, tant bien que mal, de respecter cette règle concernant la modulation". La CFDT se déclare "prête à négocier avec la direction de l’AMAPA" .

A lire aussi

Sur le même sujet

Plan de sortie Glyphosate

Les + Lus