• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Agression homophobe à Rouen : un rassemblement “contre la haine” organisé ce samedi

Rassemblement contre l'homophobie, place de la République à Paris, le 21 octobre 2018 / © IP3 PRESS/MAXPPP
Rassemblement contre l'homophobie, place de la République à Paris, le 21 octobre 2018 / © IP3 PRESS/MAXPPP

Un rassemblement et une chaîne humaine sont prévus ce samedi 3 novembre 2018 à 14 heures sur le Pont Corneille. Le mot d'ordre : "non à la haine", après la violente agression homophobe survenue à Rouen.

Par Elise Koutnouyan (et R. Plumet)

Le rendez-vous est pris pour dire "non à la haine". Samedi, à 14h, un rassemblement est prévu sur le Pont Corneille suite à la violente agression homophobe survenue dans la nuit du 24 au 25 octobre à Rouen, à l'initiative de l'interLGBT.

Une chaîne humaine sera organisée au départ du Pont Corneille, sur les deux rives et jusqu'au pont Boieldieu. "Nous voulons réveiller les consciences, affirme Frédéric Lefèvre-Hautemer, co-délégué de SOS Homophobie Normandie." 
 

Récemment, les agressions homophobes ont souvent visé des couples qui se tenaient par la main. La chaîne solidaire est une façon de répondre à ces actes LGBTphobes. De dire : 'on ne peut pas laisser passer ça'
 

Mobilisation et réactions

Vendredi 2 novembre
A la veille de ce grand rassemblement, et alors que plusieurs élus rouennais n'avaient pas encore publié ou communiqué de message ou de réaction, des tracts étaient distribués rue du Gros-Horloge par SOS Homophobie-Normandie pour dire "Non à la haine LGBTiphobe, non aux violences, non aux discriminations ! " et appeler à participer au rassemblement de samedi afin "de défendre le bien vivre ensemble et résister contre les haines, les violences et les discriminations".


Toujours vendredi matin, pendant la distribution des tracts, le diocèse de Rouen publiait un communiqué pour affirmer qu'avec le pape François « chaque personne, indépendamment de sa tendance sexuelle, doit être respectée dans sa dignité et avec respect, avec le soin d’éviter toute marque de discrimination injuste et particulièrement toute forme d’agression et de violence ».

Dans ce même communiqué, suit un soutien au rassemblement organisé ce samedi à Rouen "Parce que le refus de la haine est une obsession de l’Evangile, la pastorale des personnes homosexuelles et de leurs familles du diocèse de Rouen s’associe à la protestation organisée samedi à Rouen en condamnant fermement toute agression homophobe. Elle rappelle sa disponibilité aux personnes homosexuelles et à leur famille afin de leur apporter « l’aide nécessaire  pour comprendre et réaliser pleinement la volonté de Dieu dans leur vie."
 



5 000 personnes espérées


Cette manifestation est à l'initiative de l'inter LGBT, un collectif d'associations de lutte pour les droits LGBT et contre l'homophobie (Gay't Normande, Enipse Prévention Santé, SOS Homophobie délégation Normandie, Groupe d'Entraide Transgenre & Intersexe Normandie et Centre LGBTI de Normandie). Benjamin Duval, représentant de l'association Gay't Normande et Aline Cottineau, co-déléguée de SOS Homophobie délégation Normandie s'exprimeront. 

Les organisateurs espèrent réunir au moins 5 000 personnes. Côté politiques, le député LREM de Seine-Maritime Damien Adam a d'ores et déjà annoncé qu'il serait présent, tout comme la ville du Havre et Hélène Klein, adjointe au Maire de Rouen en charge de la lutte contre les discriminations.
 
Agression homophobe de Rouen : annonces et premières mesures
Extrait du JT de France 3 Normandie du mercredi 31 octobre 2018 présenté par Grégory Thélu

 

Enquête en cours


Ce rassemblement fait suite à la très violente agression homophobe dont a été victime un trentenaire, à Rouen, dans la nuit du 24 au 25 octobre. Séquestré dans une voiture par deux individus, il a été roué de coups pendant plus de deux heures. L'émotion provoquée par le récit et les images de ses stigmates a été vive, en Normandie et dans toute la France.
 

Le jeune homme de 34 ans a porté plainte contre X vendredi. Une enquête a été ouverte pour agression homophobe, séquestration et extorsion. 

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, la secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa et la ministre de la Justice Nicole Belloubet se rendent mardi soir aux locaux parisiens de l'association SOS Homophobie.
 
 
Réactions et mesures après l'agression homophobe de Rouen

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Manifestation des agents EDF devant la centrale thermique du Havre

Les + Lus