Attentat du Bataclan : 5 ans après, danser pour opposer la grâce à la barbarie

La Presque Compagnie propose "Jusqu'au soir", un projet artistique qui se veut comme un acte de résistance face à la menace terroriste.
© FTV
Elles auraient dû danser ce soir, vendredi 13 novembre 2020, sur la scène de l'Etincelle à Rouen. Mais le reconfinement a eu raison de cet événement.

Un acte de résistance

Cinq danseuses de la Presque Compagnie , dirigée par Charlotte Rousseau, devaient présenter "Jusqu'au soir", 5 ans jour pour jour après les attentats de Paris, qui ont causé la mort de 130 personnes au Bataclan, devant le stade de France et dans plusieurs cafés et restaurants du 10ème et 11ème arrondissement de Paris.

Ce projet n'est pas un spectacle sur les attentats. Qu'est-ce que nous répondons à ces événements-là? Nous artistes, qu'est-ce que nous en faisons ? C'est l'après qui m'intéresse.  Le 13 novembre, c’est ma génération, qui a été attaquée, ce sont des lieux de fête, des lieux où l'on vit ensemble qui ont été ciblés. Si nous, les artistes, nous ne sommes pas là pour défendre le vivre ensemble, je ne sais pas à quoi nous servons

Charlotte Rousseau, directrice et chorégraphe de La Presque Compagnie


Charlotte Rousseau se souvient des manifestations des 10 et 11 janvier 2015. Ces marches républicaines, suite aux attentats qui ont endeuillé notamment la rédaction de Charlie Hebdo à Paris.

"J'ai trouvé ça magnifique. Il y a eu une fraternité que je n'ai jamais revue entre les gens qui marchaient, ceux qui étaient aux fenêtres de leur immeuble. Entre Barbès et la place de la République, nous étions tellement nombreux que nous ne pouvions même plus avancer" raconte la jeune femme". La réaction du peuple de France. 
 
Attentat du Bataclan : 5 ans après, danser pour opposer la grâce à la barbarie
 

Continuer à en parler


Ne pas pouvoir jouer ce vendredi soir a une résonnance particulière pour la compagnie. 

"Tout ce qui a été attaqué le 13 novembre 2015, c’est tout ce que nous n'avons plus le droit de faire en ce moment. Et puis, les attentats continuent. Nous devons continuer à en parler, à y penser. Il faut. J'ai souvent entendu les victimes de cette tuerie dire que c'était une double peine pour eux si on oubliait ce qui s'était passé. Et on le sait, une actualité chasse l'autre. Aujourd'hui, tout est centré sur le coronavirus" précise Charlotte Rousseau. 

Une autre représentation est prévue le 18 février prochain au Théâtre de l'Arsenal à Val-de-Reuil (27).
 

"La danse, c'est un corps qui se relève après la chute"

La Presque Compagnie est née au début des années 2010. Elle regroupe des artistes venus d'horizons très divers.  

"Entre danse, théâtre contemporain, performance vidéo, la Presque Compagnie veut s'affranchir de toutes les étiquettes collées hâtivement" peut-on lire sur leur site. 

Pour ce projet artistique, c'est la danse qui a été mise en avant. Charlotte Rousseau s'en explique.

J’avais envie de défendre la résistance par la danse. La danse, c'est un corps qui se relève après la chute. C'est ce que je voulais proposer au public pour dire "nous continuons". Nous sommes un groupe, nous arrivons à avancer et à faire naître du chaos un moment de grâce.

Charlotte Rousseau, directrice et chorégraphe de Le Presque Compagnie


Et la chorégraphe de conclure: "Et nous opposerons finalement à la noirceur d’un monde chaotique, le simple goût de vivre l’élan, la joie du mouvement, l’énergie, l’envie de la survie et en dépit de tout, l’envie de continuer, de témoigner à notre manière et d’imposer notre présence au monde coûte que coûte."

Un spectacle comme un acte militant, une ode à la vie. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
danse culture art terrorisme faits divers attentats de paris