• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Blocages des gilets jaunes : à Barentin, des salariés vont perdre 200€ sur leurs fiches de paie

A Barentin, les gilets jaunes sur la zone commerciale / © Didier Meunier - France 3 Normandie
A Barentin, les gilets jaunes sur la zone commerciale / © Didier Meunier - France 3 Normandie

Un gérant de magasin ne pourra pas renouveler deux CDD le mois prochain. Les salariés en CDI vont perdre 200€ sur leur salaire du mois de novembre.

Par Maxime Fourrier

Les commerçants qui souhaitent s'exprimer sur leurs pertes de chiffre d'affaires ne sont pas nombreux. Et pour cause : ce sont les salariés qui vont payer les pots cassés sur la fiche de paie. Un responsable d'enseigne, qui témoigne à visage caché, évoque une perte de chiffre d'affaires de 32% dans son magasin sur le mois de novembre. 

Pour pallier cette baisse, ce sont deux salariés en contrat CDD qui ne seront pas renouvelés le mois à venir. Quant à ceux qui bénéficie d'un emploi CDI, leur nombre d'heures de travail va baisser avec une conséquence directe sur la fiche de paie : une perte de 200€ sur le mois de novembre et la même perte au mois de décembre.
 

VIDÉO : le reportage de Frédéric Nicolas et Didier Meunier avec les interviews de
  • Dalal Chourar, cliente
  • Michel Vepierre, retraité
  • Anonyme, directeur d'une enseigne de la zone commerciale
  • Aurélie, infirmière
 
Blocages des gilets jaunes : à Barentin, des salariés vont perdre 200€ sur leurs fiches de paie
 

La Chambre de Commerce et d'Industrie de Normandie a déjà alerté les pouvoirs publics dans un communiqué en début de semaine

L'activité économique de la région est fortement impactée et la situation ne manquera pas de devenir critique si elle perdure dans la perspective des périodes des fêtes.

La CCI Normandie évoque une baisse de chiffre d'affaires de 30 à 50% dans les hôtels, cafés et restaurants de la région. Du côté de la grande distribution, la CCI parle même d'une baisse qui atteindrait 80% dans certaines enseignes.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview de Maître Éric Di Costanzo avocat

Les + Lus