"C'est très physique !" Chanter l'opéra est comme une carrière de sportif de haut niveau

durée de la vidéo : 00h00mn40s
{} ©France Television

Marc Haffner a longtemps mené une carrière de ténor à l'opéra. Aujourd'hui, il est devenu artisan brasseur dans les boucles de la Seine, près de Rouen. Il se confie sur ses deux passions à Julie Howlett dans l'émission culturelle "Bavette normande".

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Marc Haffner a quelque chose de l'OVNI. Il a connu le succès à l'opéra en tant que ténor, alors qu'il se destinait à être comédien au théâtre. Sur les conseils d'un metteur en scène, il s'essaie au chant. C'est 32 ans qu'il sort du Conservatoir supérieur de Paris, un âge avancé pour démarrer une carrière lyrique. Il passe trois ans au sein du chœur de Radio France avant de devenir soliste. Il enchaîne alors les tournées en France et en Allemagne. 

Chanter, c'est très physique, une carrière que l'on mène comme celle d'un sportif de haut niveau. On fait attention à ce qu'on mange, comment on dort, comment on voyage. Et puis le côté grandiose de l'opéra aussi. Un petit être va produire un son qui va remplir un immense espace. Sans oublier les langues. Je suis passionné par les langues étrangères. Je pense en maîtriser quatre. J'avais la nécessité de les pratiquer.

Marc Haffner, chanteur lyrique

L'envie de revenir à la terre

L'Alsacien de naissance va longuement travailler en Allemagne, dont il maîtrise parfaitement la langue. Il va notamment chanter Richard Wagner, un de ses compositeurs préférés. "C'est une musique envoûtante, ça devient une drogue" précise-t-il. Outre-Rhin, il joue plus de 70 spectacles par an. Le concert du nouvel se répète à sept reprises dès le 1er janvier. "On ne fait pas la fête le 31 décembre pour être prêt le lendemain" confie le ténor.

Le rythme effréné commence à le lasser. "C'était physique, passer d'un répertoire à l'autre était très périlleux pour la voix" explique Marc Haffner.

Certains aspects du métier ne me convenaient plus. On est tout le temps en voyage, un peu hors sol. Moi qui suis né à la campagne, au bout d'un moment, j'avais besoin de retrouver la terre.

Marc Haffner, chanteur lyrique

Il s'installe alors à la Mailleraye-sur-Seine dans les boucles de la Seine (Seine-Maritime). Un virage à 180 degrés puisque le voilà artisan brasseur. L'habitué des bières allemandes ou de l'est de l'Europe veut recréer ces goûts qu'il apprécie tant et qu'il retrouve difficilement en France.

Il commence par de petits brassins, se met à cultiver son propre houblon. Aujourd'hui, il travaille avec l'association normande Triticum pour cultiver des orges anciennes. Pour Marc Haffner, ces deux carrières ne sont pas si éloignées. Il pratique un artisanat. Lorsqu'il rencontre un nouveau diffuseur de ses bières, il a l'impression de passer un casting. 

Le chant toujours présent

Il continue à se produire mais plus près de chez lui. En décembre 2023, il participait à un conert en l'église de Hauville dans l'Eure, aux côtés de la pianiste Sophie Liger.

Le 6 juin 2024, il chantera l'œuvre de Tosti, "l'Ultima canzone" dans le cadre du festival Terres de paroles. Sur le plateau de Bavette normande, Marc Haffner nous fait le plaisir d'un extrait live. Un moment fort où l'on ressent toute la puissance de sa voix. 

Émission Bavette normande diffusée le mercredi 21 février à 0h10 sur France 3 Normandie / Rediffusion le jeudi 21 mars à 9h10.

À retrouver en replay sur france.tv