Coronavirus : près de Rouen une usine de plasturgie démarre une production de gel hydroalcoolique pour le corps médical

A Déville-les-Rouen le site industriel de Novacel (leader mondial de film plastique de protection) va produire plus de 4 tonnes de gel par semaine et en faire don aux hôpitaux et aux médecins
 
26 mars 2020- Production de gel hydroalcoolique à l'usine Novacel de Déville-lès-Rouen (Seine-Maritime)
26 mars 2020- Production de gel hydroalcoolique à l'usine Novacel de Déville-lès-Rouen (Seine-Maritime) © Frédéric Nicolas / France Télévisions
L'usine de Déville, dans l'agglomération de Rouen, n'est pas connue du grand public. Novacel est pourtant le premier producteur mondial de film autoadhésif en plastique pour la protection des objets et des surfaces. Comme  par exemple celui qui recouvre l'écran d'un smartphone neuf.

Disposant de la matière première, d'un laboratoire, du savoir-faire et du personnel compétent, ce site industriel est conforme aux normes de production pour fabriquer du gel hydroalcoolique selon les recommandations de l'OMS (organisation mondiale de la santé).
 

Le groupe Chargeurs, dont fait partie Novacel, ayant souhaité apporter son aide et sa contribution dans cette "guerre contre le Coronavirus" (comme il l'avait déjà fait lors d'autres périodes difficiles au XXe siècle),  a décidé de mobiliser ses différentes filiales pour pouvoir offrir le plus rapidement possible le matériel qui fait actuellement défaut aux personnels soignants.

 ► Retrouvez ici et en un clic tous nos articles sur le Coronavirus en Normandie

C'est ainsi que des masques de protection sanitaire de différentes sortes et en grande quantité seront conçus, fabriqués (comme par La lainière de Picardie)  et/ou importés.

Quant au gel hydroalcoolique, un récent décret permettant à des entreprises dont ce n'est pas l'activité habituelle d'en produire, le groupe Chargeurs a tout naturellement demandé au site normand de Novacel de lancer la fabrication.
Objectif : produire 5 tonnes par semaine !

Nous avons très rapidement eu l'autorisation de pouvoir fabriquer du gel hydroalcoolique parce que nous avons l'habitude de manipuler des solvants, et donc des liquides inflammables.
Nous nous sommes ensuite basés sur la formule de l'OMS

- Richard Bréhin, directeur technique de Novacel Déville

Coronavirus: en Normandie Novacel produit du gel hydroalcoolique
VIDEO : le reportage de Frédéric Nicolas et Bruno Belamri (montage : Stéphanie Pierson)


En attendant la production maximale hebdomadaire prévue, les premiers 4500 litres de gel hydroalcoolique fabriqués depuis le 23 mars ont été conditionnés en flacons et distribués gratuitement à l'agence régionale de santé de l'Ile de France, mais aussi à des médecins libéraux de Seine-Maritime.
Ce jeudi (26 mars 2020) les demandes affluent (plus d'une centaine) et s'ajoutent à celles des hôpitaux belges et de la Croix Rouge française.
 
Le professeur Pierre Fréger  du CHU de Rouen et Laurent Dérolez directeur de Novacel à Déville examinent un flacon de gel hydroalcoolique produit dans l'usine de Déville-lès-Rouen (Seine-Maritime)
Le professeur Pierre Fréger du CHU de Rouen et Laurent Dérolez directeur de Novacel à Déville examinent un flacon de gel hydroalcoolique produit dans l'usine de Déville-lès-Rouen (Seine-Maritime) © Frédéric Nicolas / France Télévisions


Une usine mobilisée

Le groupe Chargeurs annonce vouloir faire don d'au moins 10.000 litres de gel hydroalcoolique aux personnels soignants.
Une vente à des entreprises qui ne sont pas le domaine de de la santé est à l'étude pour les prochaines semaines.

Le site Novacel  de Déville-lès-Rouen, (où la moitié des 250 salariés est en télétravail) continue cependant de produire du film transparent de protection,  ne serait-ce que pour honorer une récente et urgente commande émanant d'une agence fédérale des Etats-Unis.
 

En Normandie d'autres sites industriels ont modifié leur acttivité pour démarrer la production de gel hydroalcoolique. C'est le cas dans l'Eure de l'usine de parfums Hermès du Vaudreuil et des usines du groupe LVMH  de Chartres et de Beauvais
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société industrie économie solidarité