Des délais de 6 à 8 mois pour passer le permis à Rouen, les auto-écoles se mobilisent

Les auto-écoles rouennaises sont inquiètes. Les délais pour passer le permis de conduire vont de 6 à 8 mois pour un deuxième passage. Les directeurs d'établissements se mobilisent grâce à une pétition envoyée au gouvernement pour dénoncer cette situation.

Karl Raoult a lancé une pétition pour réclamer plus de places d'examens pour les candidats au permis de conduire.
Karl Raoult a lancé une pétition pour réclamer plus de places d'examens pour les candidats au permis de conduire. © S. Callier/France Télévisions
La crise sanitaire est passée par là... Les auto-écoles subissent de plein fouet les effets du déconfinement. Près de 350.000 candidats ont été privés d'examen du permis de conduire en France.

A Rouen, les délais pour avoir une date sont extrêmement longs et représentent un coût supplémentaire pour les apprentis conducteurs, comme l'explique ce moniteur auto-école de Rouen. 

"Nos élèves sont un peu à cran. Nous ne sommes pas en capacité de leur donner une date exacte alors on les invite à mettre une ou deux leçons par semaine, mais à 43€ la leçon... forcément, c'est un budget !"
 
A Rouen, les auto-écoles signataires d'une pétition pour réclamer plus de places d'examen. Reportage Marie-Charlotte Duluc et Jérôme Bègue / France Télévisions
 

10 places par mois

Depuis la reprise, en mai dernier, les candidats qui passent leur permis pour la première fois sont prioritaires. En revanche, les délais en cas de repassage fluctuent entre 6 et 8 mois, au minimum. "Normalement on a une vingtaine de places par mois et aujourd'hui on en a à peine 10", regrette Karl Raoult, président de la coordination des auto-écoles. 

Ce dernier est à l'initiative d'une pétition envoyée au gouvernement pour réclamer davantage de places d'examen. 1.160 personnes ont rejoint son appel et sont désormais signataires de la pétition. 
 

Effectifs réduits

En Seine-Maritime, 10 inspecteurs sur 24 n'ont toujours pas repris le travail depuis le déconfinement. Tandis que les candidats, eux, continuent d'influer. 

En attendant une date d'examen, certains candidats ont opté pour une solution alternative : la conduite assistée avec un proche. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société déconfinement