Deux jeunes agressés en pleine rue d'Elbeuf pour leur téléphone portable

© France 3 Haute-Normandie
© France 3 Haute-Normandie

A quelques minutes d'intervalle, deux jeunes ont été menacés au couteau, frappés et volés. Les agresseurs ont été rapidement retrouvés par la police

Par Richard Plumet

Coups, vol et gaz lacrymo

C'est à 9h40 ce mardi matin (24 janvier 2017) qu'un équipage de Police Secours est envoyé à l'IUT d'Elbeuf. Choqué, un jeune de 18 ans s'y est réfugié pour appeler à l'aide. Quelques minutes plus tôt, il marchait dans la rue du Puchot quand deux personnes sont arrivées derrière lui et l'ont menacé avec un couteau avant de le frapper  et de lui prendre son sac à dos.

L'un des deux agresseurs a aspergé le jeune homme de gaz lacrymogène pendant que l'autre s'emparait du portefeuille, de la carte bancaire et d'un téléphone Samsung.

Suspect rapidement repéré

Le victime raconte précisément aux  policiers les circonstances de son agression et donne une description de ses deux voleurs violents. Le signalement est donné à tous les équipages et des patrouilles sont organisées dans le centre-ville d'Elbeuf

Ce qui va permettre de retrouver un des deux suspects quelques minutes plus tard rue Lefort. Il s'agit d'un habitant de Cléon âgé de 19 ans qui sent encore l'odeur caractéristique du gaz lacrymogène…

Une autre agression

Pendant ce temps, une autre victime de vol avec violence se présente au commissariat d'Elbeuf. C'est un jeune garçon de 16 ans qui vient déposer plainte. Il explique avoir été agressé près du lycée Notre-Dame par deux individus qui l'ont menacé avec un couteau, jeté à terre, roué de coups et pris son téléphone portable de marque Samsung…

C'est une des patrouilles circulant en ville, qui, grâce au signalement fourni par la victime, et comme dans le précédent vol, va repérer un des suspects. Un homme âgé de 25 ans domicilié à Oissel et trouvé porteur d'un couteau et de la carte bancaire de la première victime de vol, lors de l'agression rue du Puchot.

Les deux individus interpellés (soupçonnés d'être les auteurs des deux agressions commises selon le même mode opératoire) ont été placés en garde à vue.
Une enquête est en cours.

Sur le même sujet

Chevron, la sécurité dans une usine Seveso de la zone industrielle du Havre

Les + Lus