DIRECT. La grève se poursuit sur l'ensemble des sites de TotalEnergies ce week-end

Publié le Mis à jour le
Écrit par Céline Brégand avec AFP

Ce vendredi, la grève a été reconduite sur l'ensemble des sites de TotalEnergies, malgré la signature d'un accord sur les salaires entre la CFE-CGC, la CFDT et la direction de TotalEnergies. Les prises de parole devant le site de Notre-Dame-de-Gravenchon doivent reprendre vers 13h ce samedi.

Retrouvez ici, tout au long de la journée du samedi 15 octobre, les actualités concernant la grève dans les raffineries ExxonMobil et TotalEnergies qui entraîne une pénurie de carburant en France.

Les informations essentielles du week-end:

  • La CGT ayant quitté la table des négociations dans la nuit de jeudi à vendredi, elle a voté la poursuite de la grève dans les 5 raffineries du groupe. Un mouvement qui devrait être maintenu jusqu'à mardi, journée choisie pour une grève nationale afin de demander des hausses de salaires et protester contre les réquisitions dans le secteur de l'énergie.



  • Un accord sur les salaires proposé par la direction de TotalEnergies a été approuvé ce vendredi par les syndicats majoritaires CFE-CGC et la CFDT. 



  • De son côté, FO a annoncé dans un communiqué de presse "se retirer à regret" de ce mouvement pour respecter la démocratie sociale, à savoir l'accord signé avec les syndicats majoritaires.



  • Dans l'Eure, la préfecture maintient ce samedi des files d'attente réservées aux personnels prioritaires entre 10h et 12h dans certaines stations-services.



  • Du côté d'Esso-ExxonMobil, la grève a été "levée" ce vendredi sur le site de la raffinerie de Port-Jérôme, en Seine-Maritime.



  • Le tribunal administratif de Rouen a rejeté vendredi matin le recours en référé-liberté déposé jeudi par la CGT contre la réquisition de 4 personnels sur le site Esso-ExxonMobil de Port-Jérôme-sur-Seine. L'avocat de la CGT ne contestera pas cette décision devant le Conseil d'Etat.
  • Retrouvez en fin d'article notre carte interactive des carburants disponibles dans les stations-services normandes.

TotalEnergies : grève reconduite sur tous les sites du mouvement

La grève pour les salaires a été reconduite sur l'ensemble des sites de TotalEnergies vendredi en début d'après-midi, soit sur les cinq sites du groupe déjà concernés par la grève, a annoncé la CGT.

Esso-ExxonMobil : grève "levée" à la raffinerie de Port-Jérôme

La grève a été "levée" vendredi sur le site de la raffinerie Esso-ExxonMobil de Port-Jérôme-Gravenchon, en Seine-Maritime, où un mouvement social pour réclamer des augmentations de salaire avait débuté le 20 septembre, a annoncé Christophe Aubert, délégué syndical central CGT.

"Le mouvement de grève est levé ici comme à Fos-sur-mer, les négociations avec la direction sont bloquées et les réquisitions sont en place, nous n'avons plus de levier pour nous battre" a ajouté M. Aubert à l'issue de l'assemblée générale de 14h.

"Les salariés appellent déjà la direction à une nouvelle négociation le 6 décembre pour les négociations annuelles obligatoires", a-t-il dit.

Les syndicalistes et salariés ont procédé en début d'après-midi à un ultime vote sur une possible reconduction après 25 jours de grève sur le site normand d'Esso-ExxonMobil, qui s'est conclu sur un arrêt du mouvement.

TotalEnergies : les syndicats majoritaires CFE-CGC et CFDT ont signé l'accord sur les salaires

Les deux syndicats majoritaires de TotalEnergies, la CFE-CGC et la CFDT, ont signé vendredi l'accord sur les salaires intervenu dans la nuit de jeudi à vendredi, prévoyant une hausse de 7% sur 2023 rétroactive au 1er novembre 2022, ont annoncé le groupe et les syndicats concernés vendredi.

La direction de son côté souligne dans un communiqué qu'il s'agit d'un accord "majoritaire" et appelle à la "fin de la grève sur l'ensemble de ses sites". Les deux syndicats signataires pèsent 56% du poids des signatures. La CGT, deuxième syndicat de TotalEnergies, à l'origine du mouvement social pour les salaires lancé il y a 18 jours, avait pour sa part quitté la négociation salariale durant la nuit et annoncé une poursuite de la grève.   

Dans son communiqué, TotalEnergies détaille les termes de l'accord : "la compagnie accordera une enveloppe d'augmentations salariales pour 2023 de 7% des salaires". "Dans le cadre de cette enveloppe, tous les ouvriers et techniciens bénéficieront d'une augmentation générale de 5% avec un plancher de 2.000 euros pour les plus bas salaires, et tous les cadres d'une garantie d'augmentation de 3,5% et d'un plancher d'augmentation de 2.000 euros" ajoute le texte.

Les "augmentations générales et garanties seront versées dès le mois de décembre et seront rétroactives au 1er novembre 2022". "Enfin, concernant la prime pour le partage de la valeur d'un mois de salaire accordée par la compagnie, qui sera versée en décembre, l'accord prévoit un plancher de 3.000 euros et un plafond de 6.000 euros".

Réquisition du site ExxonMobil de Port-Jérôme : le tribunal administratif de Rouen rejette la requête de la CGT

Le tribunal administratif de Rouen rejette le recours en référé-liberté, déposé jeudi par la CGT, contre la réquisition de 4 personnels sur le site Esso-ExxonMobil de Port-Jérôme-sur-Seine, a-t-on appris vendredi matin.

Emmanuel Gayat, l'avocat de la CGT fait savoir qu'il n'ira pas devant le Conseil d'Etat pour contester la décision du tribunal administratif. Les salariés du site de Port-Jérôme ayant levé la grève, les réquisitions sont donc terminées. 



"Le recours à des mesures de réquisitions individuelles d'agents qualifiés présente un caractère nécessaire pour prévenir les risques d'atteinte à l'ordre public eu égard à la durée des défaillances d'approvisionnement causés par la grève", explique le tribunal. 

 

"La fédération nationale des industries chimiques CGT n'est pas fondée à soutenir que les mesures de réquisition contenues dans l'arrêté du préfet de la Seine-Maritime du 13 octobre 2022 portent une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté fondamentale que constitue le droit de grève. Par voie de conséquence, ses conclusions présentées au titre des frais liés à l'instance doivent être rejetées", ajoute le tribunal. 

 

Ce vendredi matin, le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez a affirmé sur franceinfo que le syndicat comptait déposer un référé à chaque fois qu'il y aurait des réquisitions de personnels. Après le cas normand mercredi, six salariés du dépôt TotalEnergies de Mardyck (Nord) ont également été réquisitionnés jeudi. 

Eure : mise en place de files d'attente réservées aux personnels prioritaires

Afin de "faciliter l’approvisionnement des personnels chargés de missions de sécurité, de soins et d’assistance", le préfet de l’Eure a ainsi décidé de mettre en place "un dispositif de files d’attente réservées, de 10h à 12h, dans certaines stations services du département", a indiqué la préfecture dans un communiqué jeudi soir.

La mesure est effective dès ce vendredi matin, et jusqu’à samedi soir. Les stations concernées par ces fils d'attente réservées sont les suivantes : Leclerc de Menneval (Bernay), Intermarché de Conches en Ouche, Intermarché des Andelys, Carrefour de Fleury-sur-Andelle, Carrefour de Gisors, Leclerc de Vernon, Total d’Evreux (Boulevard de Normandie), Leclerc d’Incarville, Intermarché de Val d'Hazey et Intermarché de Pont-Audemer.

La liste des stations-services concernées, mise à jour au fil de la journée, est disponible sur le site Internet de la préfecture de l'Eure.

Où trouver de l'essence en Normandie ? La carte des carburants disponibles par station service

France 3 a réalisé une carte actualisée en temps réel à partir des informations diffusées par le gouvernement sur le site prix-carburants.gouv.fr. Les stations où ni gazole, ni essence ne sont disponibles s'affichent en rouge. Sinon, il est précisé quel type de carburant est disponible en station.

En cliquant sur un point de la carte, vous pourrez consulter les prix pratiqués. Les données sont mises à jour toutes les demi-heures, mais elles peuvent toutefois ne pas refléter exactement la réalité de la situation observée à la pompe.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité