Emploi : le marché de l'intérim normand en pleine crise

Depuis l'arrivée du coronavirus, l'emploi intérimaire subit une crise sans précédent. Le 16 mars, la plupart des enreprises ont stoppé leur activité et certains secteurs sont très impactés. Globalement, l'Insee observe une chute de 37 %, mais dans certaines agences normandes, c'est l'hécatombe.
© France 3 Normandie
A Rouen, certaines agences d'intérim croulent en ce moment sous les appels de leurs travailleurs intérimaires, inscrits sur leurs registres.
Elles peuvent ainsi recevoir jusqu'à plus de 60 appels dans la journée. 

Il s'agit en fait du reflet de l'inquiétude de ces travailleurs intérimaires sans missions, et donc sans travail ni salaires depuis des semaines.  
 

Une chute du marché en 24 heures chrono 


Dans les agences comme celle de Leader Intérim sur Rouen Elbeuf, les équipes sont réduites au minimum sur place, et tout fonctionne uniquement sur rendez-vous. 
Des entretiens bien tristes car les propositions de missions se font très rares.  

En fait, malgré le déconfinement, les secteurs du batiment et de la maintenance industrielle peinent à repartir.
A la mi mars, le marché a chuté subitement en l'espace de 24 heures. 

En réalité, selon Lysiane Bonnal-Monteiro, directrice des agences Leader interim Rouen-Elbeuf, la situation s'est rapidement dégradée :
 

Dès le 17 mars à midi, pratiquement 80% de notre planning s'est effondré. Ca s'est passé très rapidement. Et puis les intérimaires nous ont appelé; car ils ne savaient pas comment tout cela allait se passer, notamment pour le paiement de leurs salaires. Et puis les entreprises aussi nous ont rendu des intérimaires pourtant sous contrats. Donc, il a fallu gérer tout ça !
 


Des mauvais chiffres confirmés pour ce mois de mai 2020 par la dernière étude de la DIRRECTE (direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi) de Normandie. 
 

Statistiques DIRRECTE Normandie mai 2020

 

Une reprise ...au ralenti 


Deux mois après, le moral n'est toujours pas au beau fixe. Dans la plupart des agences d'interim, le constat est le même que celui de cette directrice:
Quand l'activité reprend, c'est au ralenti ! Les candidats aux missions sont gentiment priés de rappeler plus tard !

Dans l'industrie, les gens ne peuvent pas travailler avec trop de proximité, donc forcément, dans les ateliers, il y a maintenant des distances à respecter, avec moins de monde, donc sans les intérimaires ! Il faut déjà que tous les personnels permanents puissent être réintégrés avant !


Du coup, dans cette agence comme ailleurs, on s'avoue un peu pessimiste, car il y a peu de visibilité pour les prochaines semaines. 


 
Le marché de l'intérim en berne ©France 3 Normandie


Petite note d'espoir cependant, certains secteurs ont continué malgré tout leurs activités et ont fait appel à des intérimaires.

Ils ont même, dans certains cas, fortement recruté, comme dans l'agro alimentaire, la logistique, ou l'industrie pharmaceutique. 



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société crise économique économie social