Encore un maire menacé de mort : "Nous ne laisserons rien passer"

Le maire de Maromme, David Lamiray, a déposé plainte après avoir reçu des menaces de mort. Le préfet de la Seine-Maritime et le président de la Métropole déplorent ces actes et soutiennent l'édile.

La liste des maires menacés de morts commence à devenir longue. En février 2024, Sylvain Poirrier, maire d'Arthezé dans le sud-Sarthe, a porté plainte après avoir reçu en mairie une lettre de menaces contenant une balle. Dans le Nord, en mars 2024, des habitants ont menacé de mort le maire d’Hantay.

"David Lamiray, on va te tuer..."

Et en ce mois d'avril 2024, c'est le maire de Maromme, David Lamiray (PS), qui dépose plainte après avoir reçu des menaces de mort via des tags. "David Lamiray, on va te tuer, bâtard, PD..."

D'autres inscriptions concernaient le président de la République, Emmanuel Macron, avec une insulte homophobe. Des dessins de croix gammées et des mots antisémites ont aussi été retrouvés, rapportent nos confrères de France bleu.

David Lamiray confirme à France 3 Normandie avoir déposé plainte mais "au vu des menaces avérées", il ne souhaite pas s'exprimer. Le parquet de Rouen confirme qu'une enquête est en cours pour des tags contenant des menaces de mort et des insultes.

"Ces actes sont ignobles"

Le préfet de la Seine-Maritime, Jean-Benoît Albertini, a soutenu le maire sur X : "Face à la haine, la République tient debout. Nous ne laisserons rien passer."

Nicolas Mayer Rossignol (PS), président de la Métropole et maire de Rouen, s'est également exprimé sur le réseau social : "Ces actes sont ignobles et doivent être dénoncés comme tels. J'espère que leurs auteurs seront retrouvés et sanctionnés. Les élus locaux portent la République partout, ils doivent être respectés et protégés."

Même démarche de la députée LFI Alma Dufour lui manifestant son soutien, tout comme le maire Horizons de Caudebec-lès-Elbeuf, Laurent Bonnaterre.

Après la mort de Nahel, David Lamiray avait été poursuivi par une dizaine d'émeutiers et avait dû se réfugier dans la cave de la mairie. Ce n'est pas la première que l'édile est inquiété.