Foire Saint-Romain à Rouen : la sécurité du manège "La Turbine" fait l'objet d'une enquête de Police

Publié le Mis à jour le
Écrit par Medhi Weber .

Le 31 octobre dernier, une jeune femme racontait sur Facebook sa mauvaise expérience dans le manège à sensations "La Turbine", l'une des nouveautés 2022 de la Foire Saint-Romain à Rouen. Selon elle, son harnais de sécurité se serait ouvert sans déclencher l'arrêt d'urgence de l'attraction. Elle a depuis porté plainte. Après un premier démenti, le propriétaire du manège a aujourd'hui fait appel à un huissier pour prouver sa bonne foi.

Pas un bruit dans les allées de la Foire Saint-Romain. Les stores des guichets sont fermés, et les grilles des manèges abaissées. Il est 9h et la deuxième plus grande fête foraine de France est encore endormie ce mercredi matin. Mais une lumière criarde semble vouloir la sortir doucement de son sommeil. Au cœur de la foire, une attraction a déjà été mise en route. Surplombant la foire du haut de ses 70 mètres de hauteur, "La Turbine" est la grande nouveauté de cette édition 2022 : sensations fortes garanties. 



Mais désormais, c'est à son propriétaire qu'elle fait couler des sueurs froides. Après une accusation de dangerosité, Franck Pfausser doit prouver que son manège ne souffre d'aucune faille de sécurité.



Ce mercredi matin, il a donc mandaté un huissier pour une opération de contrôle. Une intervention à laquelle nous ne pourrons pas assister car l'auxiliaire de Justice ne souhaite pas qu'elle soit suivie par des journalistes. 



Mais le propriétaire entend malgré tout prouver sa bonne foi. A notre micro, il détaille le fonctionnement de l'attraction et toutes les mesures prises pour garantir, selon lui, la sécurité des clients. "Quand le manège est fermé, vous avez ici deux voyants verts qui sont allumés, explique-t-il en montrant le tableau de commandes près de la nacelle. L'automate détecte que le manège est bien fermé, on peut appuyer sur start et après seulement le manège part. S'il y avait, pendant le tour, un harnais qui s'ouvre, l'automate détecte et automatiquement le manège s'arrête. Et si le harnais venait à s'ouvrir, vous avez toujours une ceinture de sécurité qui tient le harnais."  

Un contrôle technique réalisé début 2022

Convaincu de l'infaillibilité de sa machine, Franck Pfausser ajoute qu'aucune autre plainte n'a été déposée à l'encontre "La Turbine". Entendu par la Police ce mercredi après-midi, il va fournir à la Justice les conclusions de l'huissier, en plus des documents relatifs au contrôle technique réalisé, début 2022, par l'un des organismes agréés par l'Etat, selon les dispositions de la loi du 18 février 2008. Le forain dit par ailleurs avoir été lésé par les accusations sur la sécurité de son attraction. Il a depuis observé une baisse importante de la fréquentation sur son attraction et n'exclue donc pas de déposer une main courant pour diffamation à l'encontre de la jeune femme. 

"J'ai vraiment eu la trouille" 

Dans son appartement de l'agglomération rouennaise, Justine (le prénom a été modifié) est toujours chamboulée par ce qui lui est arrivé ce 31 octobre dernier. La jeune femme de 21 ans est une habituée des fêtes foraines et de ce type d'attractions. Mais ce soir là, alors qu'elle teste pour la première fois "La Turbine" avec son frère, elle a eu la peur de sa vie.



"Au départ, le responsable du manège n'a pas appuyé sur les harnais pour vérifier s'ils étaient bien accrochés, raconte-t-elle. Ensuite j'ai dit à mon frère 'mon harnais bouge'. On a appelé le responsable, mais il n'est pas venu. Le manège a démarré alors que mon harnais bougeait. Une fois en haut, le harnais s'est ouvert jusqu'à la ceinture et avec la vitesse, je glissais. J'ai du me tenir au harnais de mon frère. J'ai vraiment eu la trouille!"



Une frayeur qui s'est transformée en colère à sa descente du manège. La jeune femme en pleurs a tenté d'expliquer l'incident au personnel de l'attraction, mais dit ne pas avoir été écoutée. Elle a donc tenu à raconter son histoire dans une publication Facebook.



Depuis, elle a aussi choisi de porter plainte pour mise en danger d'autrui, "pour que cela fasse bouger les choses, qu'il y ait au moins un contrôle, pour pas qu'il n'y ait de blessés quoi..." Celle qui, depuis des années, écume les parcs d'attractions en quête de sensations fortes, semble avoir vécu celles de trop : "pour le moment je n'ai plus envie de retourner dans des manèges". 

Un manège "en conformité" selon la Mairie

De son côté Kader Chekhemani, adjoint à la Mairie de Rouen en charge de la Foire Saint-Romain, dit prendre le sujet très au sérieux. "On va se mettre en lien avec le forain et rediligenter des contrôles mais il semblerait que le forain ait fait passer un expert de plus pour consolider sa défense. Aujourd'hui nous avons tous les éléments de conformité qui nous permettent d'ouvrir ce type de manège."



En France, avant l'installation d'une fête foraine, il revient en effet aux services municipaux de vérifier que chaque attraction a réalisé les contrôles de sécurité en bonne et due forme. Si ce n'est pas le cas, la Mairie doit interdire l'exploitation du matériel. En cas d'accident, l'Etat peut ainsi reconnaître la responsabilité du maire si ce dernier a méconnu ses obligations en matière de sécurité, selon le Ministère des relations avec les collectivités territoriales

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité