Football. FC Rouen en vente : "Je ne veux pas continuer à mettre mon énergie là où j'ai tous les vents contre moi"

Charles Maarek, le président du FC Rouen, a décidé de mettre officiellement le club en vente. Il nous explique sa décision.

Le FC Rouen est à vendre. Le président du club Charles Maarek l'a annoncé officiellement à nos confrères de Paris Normandie dimanche 24 mars 2024. Une information que le président des Diables rouges nous confirme aujourd'hui par téléphone avec amertume. "Je cherche à vendre le club le plus rapidement possible".

"Les supporters ne veulent plus de moi"

"On jugera de mon bilan plus tard. Moi, je cherche à sauver le club et partir proprement, et tourner cette page fort douloureuse". Charles Maarek a fait un audit en janvier 2024, "bien avant la Coupe de France", avec un cabinet spécialisé. 

"Ce n'est pas parce que je vends qu'il y a des problèmes, j'ai même fait une augmentation de capital. Je vends parce que je ne veux pas continuer à mettre mon énergie là où j'ai tous les vents contre moi. Les supporters ne veulent plus de moi, bon vent à eux, ils n'entendront plus parler de moi."

Charles Maarek, président du FC Rouen

Le président du club serait en contact avec plusieurs repreneurs potentiels. "Je laisserai le club propre. Plusieurs repreneurs sont intéressés, je me suis engagé à vendre avec les comptes à zéro. Avec la Coupe de France, le bilan sera excédentaire".

Jets de bière, coup de poing et menace de mort

Le président des Diables Rouges fait notamment référence à un évènement qui s'est produit en tribune lors du match entre le FC Rouen et Le Mans vendredi 22 mars. Charles Maarek a été pris à partie par des supporters et a dû être exfiltré de la tribune Horlaville. "Les supporters ne sont pas venus manifester, ils sont venus en découdre ! J'ai été aspergé de bière, on a tenté de me mettre un coup de poing", nous raconte le président du club. "La police a dû intervenir en urgence avec la BAC".

Charles Maarek nous confie en vouloir aux collectivités qui n'ont pas réagi suite à son agression. "Quand on touche à l'intégrité physique d'un président de club, les collectivités doivent réagir ! Ils ne l'ont pas fait, ils sont complices. Le jour où il y aura un mort, ce sera peut-être trop tard.", s'indigne Charles Maarek. 

durée de la vidéo : 00h05mn05s
Interview de Charles Maarek, président du FC Rouen ©France Télévisions

"J'ai envie de meurtre sur Maarek"

Le président du club reçoit régulièrement des menaces des supporters, particulièrement sur les réseaux sociaux. "On m'a dit de retourner dans mon tunnel à Gaza à cause de mes origines juives".

J'ai vu sur des réseaux sociaux un message indiquant : "J'ai envie de meurtre envers monsieur Maarek". Le jour où il y aura un coup de couteau, ce sera trop tard.

Charles Maarek

"Une telle haine sur un président qui a mis son énergie, son argent, alors que depuis que je suis là, le club a fait deux montées, un seizième de Coupe de France et un quart de finale... Je pense que si on avait été qualifiés pour la demi-finale, il n'y aurait pas eu de problème".

"Mon rêve d'enfant est devenu un cauchemar"

Une fois que le club sera vendu, Charles Maarek ne souhaite qu'une chose : "vivre paisiblement". "C'était mon rêve d'enfant, c'est devenu un cauchemar. Il faudra certainement plusieurs années pour que les gens voient que mon bilan n'était pas si mauvais. Je paie pour les nombreux dépôts de bilan du club et je suis certainement la goutte d'eau."

Le président espère que la vente sera finalisée au mois de mai.