Jardinage : comment bien soigner un olivier

Publié le
Écrit par Sophie Bernard

Qu’il soit en pot ou en pleine terre il faut le protéger du froid tout l'hiver

Ce bel arbre méditerranéen, qui peut être millénaire, au tronc tortueux et mystérieux quand il prend de l’âge, est très en vogue depuis deux bonnes décennies déjà.
Il est attirant parce qu’il donne aux jardins «très verts » une touche d’argent et de légèreté par son feuillage fin et persistant.
On pense qu’il n’a pas besoin d’être arrosé puisqu’il vient du sud donc qu’il ne boit quasiment rien « erreur ».
On croit inutile de devoir le nourrir puisqu’il pousse à l’état sauvage dans la garrigue « erreur ».

Aucun végétal importé d’un autre pays ou autre région au climat différent n’est autonome. Pour que sa vie soit douce il faut le bichonner.

Sophie Bernard

Olivier en pot

- Comme toutes les plantes méditerranéennes il doit être installé dans un pot percé, obligatoirement, pour laisser les surplus d’eau s’échapper.
Le laisser baigner dans l’eau c’est le condamner.
Comme toutes les plantes en pots, il lui faut un ou deux arrosages par semaines à la saison chaude et plus le pot est petit plus il faut l’arroser.

- Dès le mois d’octobre il doit être protégé par un voile d’hivernage sur l’ensemble de son branchage.
Inutile de fermer hermétiquement le voile, fixez le aux quatre coins par un nœud mais laissez un peu d'air circuler.
Il faut essentiellement empêcher le gel et la neige de bruler le feuillage.
Dès octobre, il est impératif de protéger les racines, en enlevant la soucoupe tout l’hiver et en surélevant le pot de quelques centimètres en le posant sur des cales en bois ou briques.
On évite ainsi l’eau stagnante qui risque de geler entre le pot et le sol.

- S’il fait très froid chez vous, (en dessous de zéro) enveloppez le pot entièrement de voile d’hivernage, plié en deux ou trois épaisseurs c’est encore mieux, mais laissez à l’air libre le trou d’évacuation d’eau.
Vous pourrez laisser l’olivier dehors mais sous abri, le long d’un mur qui le protègera du vent et si possible en plein soleil.
Vous devrez l’arroser sous son abri, une ou deux fois par mois en hiver, hors gel toujours.

Olivier en pleine terre

La terre idéale doit être parfaitement drainée, en ajoutant à la plantation un lit bien épais de cailloux et graviers au fond du trou.
Il faut éviter la terre lourde et argileuse qui retient trop l’eau.  
Le mélange parfait pour l’olivier est composé de:
- 1/3 de sable de rivière
- 1/3 de terreau riche et léger
- 1/3 de terre de jardin
Si le sol est parfaitement drainé les racines ne craignent pas le gel en pleine terre. Il faudra fabriquer un cabanon pour recouvrir entièrement l’arbre.
Planter 4 piquets solides en périphérie de l’olivier et emmaillotez le tout d’un voile d’hivernage en simple, double ou triple épaisseur selon le froid qu’il fait chez vous. Il ne faut pas utiliser de matière plastique qui stocke la condensation.
Le voile ne doit pas toucher la plante et l’air doit circuler légèrement à l’intérieur de l’abri.
La neige brule le feuillage, le gel tue les branches.
Ôtez la protection quand il fait beau et tiède, le temps de laisser l’olivier respirer. Replacez-la vite si le froid revient et attention aux coups de gel de dernière minute en mai.

Taille de l’olivier après les dernières gelées

L’olivier pousse lentement, entre 10 et 15 centimètres par an, même dans de parfaites conditions de vie. On lui fera donc une taille esthétique, pour lui redonner sa forme selon nos préférences, pour qu’il soit en boule, qu’il reste naturel ou pour créer une silhouette japonisante.
Il aura besoin qu’on ouvre son feuillage pour laisser l’air circuler au cœur des branches. Supprimez les branches et bois morts et les branches qui se croisent et s’abiment les unes contre les autres.
Si le tronc est original dégagez-le pour qu’il soit bien visible.
Si l’olivier n’a pas été entretenu depuis des années une taille sévère peut être faite en appliquant un mastic à cicatriser sur les grosses coupes de l’arbre (sur les cicatrices qui vont au-delà de 5 cm de diamètre).

Nourrir l’olivier en pot ou pleine terre de mars à octobre

La première année le bon substrat de plantation sera suffisant pour nourrir arbuste ou arbre.
Dès la deuxième année il faut faire des apports de nourriture, au choix :
- 1 X par an : une couche de 10 cm de fumure bien décomposée( fumier de plus d’un an) déposées largement à la surface de la terre, (aussi large que la périphérie de la plante)
- ou 1 X par an : une belle dose d’un mélange d’engrais naturels : corne broyée + sang desséché, posée à la surface et mélangée par un griffage superficiel.
- ou  4 à 5 X par an : engrais bio en granulés pour l’olivier en pleine terre, intégré au sol par un griffage
- ou  8 à 10 X par an : engrais liquide bio, lors des arrosages pour l’olivier en pot.

Inutile de donner de l’engrais en hiver, les arbres sont en repos de végétation, ils ne mangent rien à cette saison.

N’oubliez jamais que l’olivier est originaire de méditerranée pour comprendre ce dont il a besoin pour bien vivre !

Les olives vertes sont cueillies avant maturité entre septembre et novembre alors que les olives noires sont mûres et récoltées en décembre janvier.

Sophie Bernard