Les emplois en Seine : un salon virtuel pour décrocher un job bien réel

Plus besoin de se déplacer pour décrocher un job. Cette année, le traditionnel salon des Emplois en Seine s'est adapté à la crise sanitaire et propose aux candidats et aux recruteurs normands un salon virtuel où les entretiens et les ateliers se déroulent à distance. 

un salon virtuel pour décrocher un job
un salon virtuel pour décrocher un job © emploisenseine.org

C'est un rendez vous très attendu dans la région par les entreprises régionales, mais cette année le traditionnel salon des Emplois en Seine a du s'adapter. Pour respecter les restrictions imposées par la crise sanitaire, les organisateurs ont opté pour le tout virtuel avec un salon qui se déroule entièrement sur la toile. Et si au départ la formule devait durer 3 jours, du 16 au 18 juin, ce carrefour pour l'emploi sera en réalité ouvert jusqu'au 9 juillet inclus. 

 

 

150 recruteurs pour un millier de postes à pourvoir 

  

Au total, près de 150 recruteurs ont répondu présent et ils ont dans leur panier plus d'un millier d'offres d'emplois à proposer dans les métiers de l'industrie, de l'installation/maintenance, du commerce, du transport/logistique, de l'action sociale/services à la personne, de support à l'entreprise.

Des offres pérennes qui vont du CDD aux CDI, en passant par des contrats de formation en alternance. 

Dans le domaine des transports et de la filière logistique par exemple, les besoins sont bien réels et les entreprises en manque de main d'oeuvre font aussi appel à des organismes intermédiaires pour les aider dans leur recrutement.

L'association LSN (Logistique Seine Normandie) regroupe en effet cette année plus d'une vingtaine d'entreprises dans ce domaine et dispose ainsi d'une cinquantaine d'offres à pourvoir avec à la clé plus d'une centaine de postes dans des groupes importants comme Ferrero, Sénalia, ou même Bolloré, mais aussi dans de nombreuses PME normandes qui ont en ce moment du mal a recruter. 

 

En réalité, ce qui pose problème en ce moment, c'est surtout les échanges entre recruteurs et candidats. Les deux manquent d'espaces pour pouvoir se rencontrer et échanger. Grâce à ce salon, nous pouvons tranquillement engranger et récupérer de nombreux CV et faire un premier tri pour les entreprises qui recrutent. Les entretiens virtuels, téléphoniques peuvent ensuite se tenir plus sereinement et aboutir sur de véritables rendez-vous d'embauches. Dès le  deuxième jour de ce salon, nous avons déjà pu enregistrer plus de 70 CV que nous allons prendre le temps d'analyser.

Karine Thirel, cheffe de projet LSN

 

Des rendez-vous téléphoniques et des conversations en direct par messagerie instantanée permettent aussi de clarifier les attentes des candidats et de leurs futurs employeurs.      

 

 

Des besoins en alternance 

Côté entreprises, on salue globalement l'initiative car les besoins sont bien là. Avec la fin programmée de la crise sanitaire, les transports notamment dans le domaine portuaire, mais aussi les chantiers d'été vont pouvoir redemarrer comme dans le bâtiment, les travaux publics et l'industrie. Or la main d'oeuvre manque et tous les profils sont les bienvenus même si les contrats en alternance sont très recherchés à la fois par les entreprises et les candidats. 

 

 

Chez SNT DURIEZ, constructeur et réparateur de tranformateurs, il y urgence. Pour renforcer son équipe, cette PME qui emploie une quarantaine de personnes dispose de 6 postes de techniciens mécaniens à pourvoir très rapidement. 

 

"Grâce au portail, j'ai déjà pu enchainer deux rendez vous avec des candidats mais le gros avantage, c'est que cela s'inscrit dans une durée. Cela fonctionne comme une boite aux lettres géante à CV et on peut conserver et analyser les profils des postulants pour mieux les adapter à nos besoins et leur faire ensuite des propositions plus pertinentes. Et c'est d'autant plus important que nous recherchons activement des alternants, et ils sont difficiles à trouver !"   

Jean-Charles Chombart, DG ATB, SNT DURIEZ

 

Conférences et ateliers à disposition 

 

Durant ces 3 jours, de nombreux ateliers et conférences en lignes sont aussi à disposition des candidates et candidats à l'emploi et cette disponibilité permanente facilite apparemment les choses en évitant les temps de transports et le stress d'allées bondées dans un hall d'exposition.

Pour Marine Dupau, du Gros Theil (27) qui recherche une formation en alternance dans le médico social, "cela est bien pratique et permet de trouver ce que l'on cherche plus rapidement et d'échanger en direct avec les bons interlocuteurs. La formule n'est certes pas idéale car ne remplace pas un véritable entretien de visu, mais elle peut etre un sérieux outil de recherche d'emploi." 

Même son de cloche pour des tout jeunes candidats en quête de leur première expérience professionnelle. Matthias, 17 ans, de Sotteville les Rouen, recherche une alternance pour finaliser son CAP mécanique et poids lourds, et c'est sur les conseils de ses parents qu'il s'est connecté.    

"Je n'ai pas trop l'habitude des entretiens et encore moins à distance, mais finalement les contacts sont plutôt faciles et j'ai bon espoir de trouver un contrat qualifiant dans les transports, vu qu'il y a beaucoup d'entreprises de ce domaine présentes sur le portail du salon."

Matthias, 17 ans

 

© Emploisenseine

 

le manuel du candidat

 

En attendant, pour se lancer dans l'aventure, des outils de création de CV sont disponibles en ligne sur le portail du salon. Ils resteront accessibles au moins jusqu'à la mi juillet. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emploi économie covid-19 santé société