Lubrizol : direction et salariés attendent un redémarrage rapide du site de Rouen

Images de vidéosurveillance du site de Lubrizol à Rouen (Seine-Maritime). / © D. Lefauconnier / France Télévisions
Images de vidéosurveillance du site de Lubrizol à Rouen (Seine-Maritime). / © D. Lefauconnier / France Télévisions

Un mois et demi après l'incendie de l'usine, une source judiciaire nous a détaillé les infractions reprochées à l'usine rouennaise. Des manquements à la sécurité sont confirmés. Ce qui tombe mal alors que salariés et dirigeants souhaitent rouvrir au plus vite.
 

Par Marc Moiroud-Musillo

90 % du site de Lubrizol aurait été épargné par l'incendie. La direction espère ainsi reprendre son activité d'assemblage. Des opérations simples, nous dit-on, qui représentent la moitié de la production de l'usine. De quoi honorer une bonne partie des besoins des clients.

Une automobile sur deux roule à partir de nos produits. Si la majorité de la production n'est pas fabriquée sur ce site, c'est autant de tonnes en moins qui arrivent chez les constructeurs. Et donc il va y avoir immanquablement un risque de pénurie"
Laurent Bonvalet, directeur de l'usine Lubrizol à Rouen 

Les dirigeants craignent de perdre leurs débouchés dans l'industrie automobile. Les salariés eux voient une menace pour l'emploi.
 

Des infractions relevées par les services de l'Etat

Pour redémarrer, il faudra convaincre l'administration compétente. Problème : suite à l'inspection du site sinistré, la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (DREAL) a relevé certaines infractions concernant la sécurité. Notamment l'absence de caniveaux d'évacuation, de détecteur incendie à l'extérieur du site et des réserves d'eau insuffisantes.

Notre arrêté préfectoral demandait que notre réserve d'eau fonctionne pendant deux heures. Et elle a fonctionné durant 1 heures 57 à un débit de 1200 mètres cubes par heure alors que la Dreal demandait seulement 360 mètres cubes par heure. On a atteint notre objectif, selon nous sur nos caniveaux. Le réseau de drainage a permis de confiner l'incendie à seulement 10 % du site. Il a fait ce que l'on attendait de lui, notamment à l'extérieur. Nous avons validé conjointement avec les services de la Dreal qu'une détection visuelle était suffisante pour répondre à ce niveau de risque là."
Guillaume Gohier - Manager Hygiène, Sécurité, Environnement de Lubrizol

Le point sur la reprise de Lubrizol à Rouen
(avec les interviews de : 
  • Laurent Bonvalet - Directeur de l'usine Lubrizol à Rouen
  • Francis Malandain - Sécrétaire CSE de Lubrizol
  • Guillaume Gohier - Manager Hygiène, Sécurité, Environnement de Lubrizol)

Le responsable de la sécurité précise que contrairement au site sinistré, la partie production répond aux normes américaines, des règles plus strictes que celles imposées en France. 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus