Municipales 2020 - Qui est Nicolas Mayer-Rossignol, le futur maire de Rouen ?

Deux ou trois choses à savoir sur le candidat socialiste Nicolas Mayer-Rossignol qui, allié au second tour avec les Ecologistes et les Communistes, est arrivé en tête des élections municipales 2020 de Rouen.
Nicolas Mayer-Rossignol
Nicolas Mayer-Rossignol © France Télévisions
L'homme est discret sur sa vie privée. Pudique, "pour protéger ma famille, mon épouse et mes filles".
Né en avril 1977, Nicolas Mayer-Rossignol a passé les cinq premières années de son enfance en Afrique. Sa mère, enseignante, était partie dans le cadre de la coopération à Bamako, au Mali. Le père n'est jamais évoqué…

Etudiant, rockeur et militant

Le jeune Nicolas est très vite passionné par la musique. Il est très bon guitariste et connait sa période hard-rock. Dans le même temps, il découvre le militantisme avec le mouvement ATTAC et ses bouillonnantes réunions.

De brillantes études

Le lycéen à la guitare électrique devient un étudiant qui découvre le jazz. Nicolas Mayer-Rossignol réussit le concours d'entrée à "Normale Sup" (l'une des "plus sélectives institutions universitaires de France") puis passe par Lyon, la Silicon Valley et l'université américaine de Stanford, avant d'intégrer l'école nationale supérieure des Mines de Paris. Au terme de ce cursus il est agrégé en sciences de la vie et de la terre, titulaire d'un diplôme en génomique, et ingénieur des Mines.

Vie professionnelle

Etudiant boursier, il découvre une première fois le monde de l'entreprise avant un poste à la Commission européenne. Puis il contacte Laurent Fabius, qui faisant confiance à ce jeune diplômé, le recrute pour le seconder au sein de la communauté de communes de Rouen. Une fois ministre des Affaires étrangères de  François Hollande, Laurent Fabius confie à Nicolas Mayer-Rossignol une mission de conseiller sur les questions économiques.

Engagement politique

Formé à "l'école Fabius", Nicolas Mayer-Rossignol rejoint les rangs du PS de Seine-Maritime en débutant un parcours politique en 2010 sur la liste des élections régionales. Elu conseiller régional, puis vice-président, il devient en octobre 2014 le plus jeune président de conseil régional de France après la démission surprise d'Alain Le Vern.

Autorité et fermeté

Celui que l'on surnomme désormais "NMR" va diriger pendant un peu plus de  deux ans la région de Haute-Normandie avec à ses côtés Sylvain Radiguet,  le même conseiller et directeur de cabinet que l'ancien président fabiusien.
Dans l'intervalle, en 2014,  Nicolas Mayer-Rossignol devient conseiller municipal de Rouen dans la liste d'Yvon Robert.

Candidat aux régionales de 2015

Celui qui se définit comme "très sensible à l'humain et aux émotions" mais avoue ne pas le montrer, va pour la première  fois se retrouver en tête de liste pour affronter le suffrage universel direct.  Compétiteur, Nicolas Mayer-Rossignol va mener pendant des semaines une intense campagne électorale.

"J'ai l'air d'un politicien à l'ancienne ? "
C'est la réaction d'un NMR un peu agacé au soir du premier tour des élections régionales, le 6 décembre 2015, pour évoquer les négociations à venir avec les alliés du Front de Gauche et d'EELV, et notamment pour répondre au Dieppois Sébastien Jumel (PCF) qui, un peu plus tôt dans la soirée, exprimait son refus d'un accord "à la papa, de bout de table"…

Echec électoral

A  quelques voix près, (à 0,34% des suffrages) Nicolas Mayer-Rossignol perd l'élection qui fera du centriste Hervé Morin le premier président de la Normandie réunifiée. La défaite est amère et semble mal vécue. Comme si c'était un échec injustifié.

La reconquête et le retour

NMR retrouve du travail  près de Rouen comme DG dans une entreprise spécialisée dans les aliments destinés à lutter contre la malnutrition (Nutriset) notamment en Afrique.

"Etre inactif, c'est pas mon truc!"
Alors que Sylvain Radiguet devient directeur de cabinet d'Yvon Robert à la mairie de Rouen, Nicolas Mayer-Rossignol prépare patiemment et méthodiquement la conquête de Rouen, mais surtout de sa métropole car, conséquence du transfert des compétences "c'est "c'est là que ça se passe, c'est là que ça se décide". D'autant plus qu'un autre Fabiusien, Frédéric Sanchez, a démissionné de la présidence de la Métropole en septembre 2019 pour devenir consul de France à Québec.

"Les étiquettes, c'est pour les vêtements"
C'est sans mettre en avant le logo, (l'étiquette) du Parti Socialiste que "NMR" fait campagne comme tête de liste "Fiers de Rouen" pour les municipales en multipliant les réunions publiques et le recueil des propositions des habitants dans une démarche (innovante à Rouen) de démocratie participative.  Prônant le changement et le renouveau, Nicolas Mayer-Rossignol critique parfois dans sa campagne la municipalité sortante (dont il faisait partie) tout en expliquant que l'enjeu réel n'était pas à la mairie de Rouen mais à la présidence de l'intercommunalité, forte de 71 communes.

Après le premier tour sa liste fusionne avec celle des écologistes menée par Jean-Michel Bérégovoy. Ce dimanche 28 juin 2020, Nicolas Mayer-Rossignol (PS) est largement élu maire de Rouen. Selon nos informations, il aurait remporté 67,12 % des voix contre la liste de Jean-François Bures et Marine Caron qui obtiennent 32,88%.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections