De nouvelles casernes pour les sapeurs-pompiers de Seine-Maritime

© Photo : Laurent LAGNEAU / France 3 Normandie
© Photo : Laurent LAGNEAU / France 3 Normandie

Alors que le nombre d'intervention est en hausse en 2019, le SDIS 76 annonce la construction et la rénovation de 12 centres
 

Par Richard Plumet

C'était une première. Faire le point des interventions des sapeurs-pompiers de Seine-Maritime durant l'été et aborder les nouveautés de la rentrée était l'objectif hier après-midi (lundi 2 septembre 2019) d'une conférence de presse dans les locaux de la caserne Gambetta de Rouen en présence du préfet de région.


Interventions en hausse

L'an passé ce sont 352.000 appels qui ont été reçus au standard de pompiers (le 18) pour 87.276 interventions (soit un départ toutes les 6 minutes) et 70.000 victimes prises en charge. Ces chiffres de 2018 seront dépassés en 2019 au vu du nombre d'interventions déjà réalisées.
Parmi les interventions marquantes de l'été il y a eu, pendant l'épisode de canicule, une lutte contre un important incendie de six hectares de végétation au sud de l'agglomération rouennaise. Les pompiers ont réussi à protéger 17 pavillons et 3 entreprises menacés par le feu.  

Le SDIS 76 (service d'incendie et de secours de Seine-Maritime) totalise près de 4000 agents. Chaque jour 500 sapeurs-pompiers sont opérationnels en permanence et prêts à partir en intervention.
Rouen le 2 septembre 2019. De gauche à droite : Pascal Martin, président du conseil départemental de Seine-Maritime, Pierre-André Durand, préfet de la région Normandie et préfet de Seine-Maritime, André Gautier, président du conseil d'administration du SDIS 76 et le colonel hors classe Jean-Yves Lagalle, directeur du SDIS 76, chef de corps / © Photo : Richard PLUMET / France 3 Normandie
Rouen le 2 septembre 2019. De gauche à droite : Pascal Martin, président du conseil départemental de Seine-Maritime, Pierre-André Durand, préfet de la région Normandie et préfet de Seine-Maritime, André Gautier, président du conseil d'administration du SDIS 76 et le colonel hors classe Jean-Yves Lagalle, directeur du SDIS 76, chef de corps / © Photo : Richard PLUMET / France 3 Normandie
 

Les pompiers trop sollicités   

D'où l'importance, a rappelé le préfet de la région Normandie et préfet de Seine-Maritime de ne faire appel aux pompiers que pour des interventions urgentes de secours et non pour résoudre des problèmes de confort. Ces demandes inadaptées occasionnent des indisponibilités de moyens qui empêchent d'intervenir sur de réelles situations d'urgences.

Il faut que nos concitoyens soient bien conscients qu'on appelle les sapeurs-pompiers que dans des situations d'extrême urgence. Le service départemental d'incendie et de secours c'est pour de l'incendie et c'est pour du secours. Ce n'est pas, comme on le voit trop souvent, pour dépanner un ascenseur, réparer une clé oubliée à l'intérieur, sauver un chat ou traiter un nid de guêpes. Il y a encore trop d'appels injustifiés et cela mobilise des moyens ce prive d'autant des missions d'urgence très utiles par ailleurs.  

  • Pierre-André Durand, préfet  de la région Normandie et préfet de Seine-Maritime
 
 

De nouvelles casernes

Vétustes, voire insalubres comme au Havre, pas adaptées au logement de personnel féminin ou aux nouvelles normes : beaucoup de centres de secours et d'incendie de Seine-Maritime ont besoin de travaux.

12 priorités ont été identifiées, "la priorité des priorités étant Le Havre Sud". Le projet de ce nouveau centre (entièrement reconstruit pour un montant de 8 millions d'euros) sera présenté aux pompiers havrais dans les prochains jours. 

Fécamp est également concerné par ce programme immobilier :  le centre sera lui aussi entièrement reconstruit. On en est aujourd'hui au stade de l'achat des terrains.
Les autres communes seinomarines dont les casernes feront l'objet de ces travaux d'urgence sont Les Grandes Ventes, Aumale, Bosc-le-Hard, Montivilliers, Duclair, Cany-Saint-Valéry en Caux et Malaunay-Montville où une implantation est prévue dans la friche industrielle Legrand.
 
 

Une rentrée sociale

Alors qu'au niveau national, un mouvement social est en cours chez les pompiers, le président du SDIS 76 a expliqué à la presse qu'en Seine-Maritime, une concertation avait eu lieu en amont, avant l'été.  Ces discussions ont permis la signature d'un protocole d'accord  dans le cadre d'un "dialogue constructif". Cet accord a permis d'envisager la création de postes, la promotion dans les grades de nombreux pompiers et des actions de protection sociale.

On peut dire que le climat est à la concertation, que le climat est à la discussion : il a permis d'ailleurs la signature d'un protocole d'accord avec l'ensemble des organisations syndicales représentatives au sein du conseil d'administration du SDIS 76  et nous avons pu, avant l'été, signer un protocole d'accord qui a permis non seulement des avancements dans la catégorie des sapeurs-pompiers professionnels, mais aussi des créations de postes et ceci dès 2019.

Il y en aura aussi en 2020 et en 2021 en fonction des possibilités financières du SDIS, nous y sommes  engagés dans le cadre de ce protocole d'accord, et puis des mesures purement sociales qui permettent aussi au SDIS d'abonder pour chaque sapeur-pompier qui prendrait une prévoyance dans le cadre des mutuelles santé

  • André Gautier, président du SDIS 76
 
2019 : du nouveau pour les pompiers de Seine-Maritime


Ambulances

Plus technique, est le dossier en cours avec l'agence régionale de santé (l'ARS) concernant les "carences d'ambulances privées" et les "carences de transport sanitaire d'urgence". L'appel aux moyens des pompiers pour le transport de personnes mobilise en effet des moyens pendant plusieurs heures au détriment des interventions d'urgence, notamment en milieu rural.

Selon le SDIS 76  "des avancées importantes sur le sujet des interventions pour carence de transports sanitaires d’urgence ont été obtenues. Le dialogue ouvert et constructif autour du directeur de cabinet de la préfecture avec des représentants de l’agence régionale de santé (ARS), du centre hospitalier universitaire Rouen Normandie, du centre hospitalier du Havre, de l’Association de Transports Sanitaires d’Urgence (ATSU) et du Sdis, a permis de trouver plusieurs axes d’améliorations qui vont diminuer la sollicitation en matière de transport sanitaire, et qui vont assurer une meilleure reconnaissance financière de l’action du Sdis en la matière."
 
Archives / © Richard PLUMET / France 3
Archives / © Richard PLUMET / France 3

A lire aussi

Sur le même sujet

Le navire-école

Les + Lus