Orque morte dans la Seine : Sea Shepherd offre 10 000 euros à celui qui révélerait des informations sur l’auteur du tir de la jeune femelle

Publié le
Écrit par Julie Cudza .

Sea Shepherd, l’ONG internationale de défense des océans offre 10 000 euros à celui qui donnerait des informations sur l’auteur du tir de l’orque morte dans la Seine le 30 mai dernier.

Qui est à l’origine du tir de l’orque morte dans la Seine? C’est ce que tente de découvrir l’ONG Sea Shepherd qui promet une récompense de 10 000 euros pour identifier l’auteur.

Les faits se déroulent le 30 mai 2022, lorsque le corps inanimé et flottant de l’orque a été retrouvé dans le fleuve. Les premiers résultats de la nécropsie ont révélé la présence d’une balle à la base du crâne du cétacé.

Qui a tiré sur Sedna?

L’ONG internationale de défense des océans Sea Shepherd emploie les grands moyens : 10 000 euros contre l’identité du tireur de l’orque. Baptisé "Sedna"(comme la déesse de la mer), l'association avait annoncé que désormais tous les travaux à venir en lien avec des cétologues pour venir en aide aux cétacés en détresse dans les plages et fleuves porteront le nom de l’opération Sedna.

Après avoir déposé plainte contre X pour tentative de destruction d’espèces protégées, l’heure est à la chasse du tireur du cétacé.

La balle à l’origine du décès ?

Les investigations sont en cours. Toutefois, la mort par inanition est privilégiée.
La préfecture de la Seine-Maritime avait indiqué que "si la cause exacte du décès n’est pas connue, les éléments recueillis indiquent que sa mort n’est pas directement liée à son passage dans la Seine".

Selon la préfecture, "les premiers résultats amènent à privilégier l’hypothèse selon laquelle l’animal est mort d’inanition, c’est-à-dire d’un état de faiblesse causé par le fait que l’animal ait cessé de s’alimenter".

À l’issue des dernières analyses dans les prochains mois, le squelette de l’animal rejoindra la réserve des mammifères marins du Muséum national d’histoire naturelle.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité