La première soirée du couvre-feu à Rouen

Quelques minutes avant 21 heures, samedi 16 octobre.

Les patrons et personnels des bars et restaurants de l'agglomération de Rouen s'adressent à leurs clients : "On va fermer messieurs dames  ! "  
Rentrer chez soit avant 21 heures. C’est la nouvelle règle pour les noctambules rouennais mais c'est aussi un crève-coeur pour les propriétaires de ces établissements.  D'emblée, bon nombre de consommateurs comprennent et acceptent la situation :

On a pas le choix. On fait ce qu'on nous dit de faire

Une cliente d'un bar

On comprend mais on va continuer chez nous. On n'est que six. On a droit à six donc...

Un client de bar

Je pense qu'il y aura certaines dérives, plus de rassemblements à la maison.

Cliente d'un bar de Rouen

21 heures sonnent 


Le couvre-feu pour lutter contre développement du COVID-19 s'applique pour la première fois dans la capitale normande. 
En quelques minutes, Rouen se transforme en ville fantôme. A l’exception de quelques livreurs, les rues sont quasiment désertes.  
Pour cette première nuit, les patrouilles de forces et l’ordre ont été renforcées dans tous les quartiers … La cité se place dès lors sous la surveillance de plusieurs dizaines de policiers.
Cette nuit-là : 43 verbalisations ont été dressées dans toute l’agglomération.

VIDEO : le reportage de Charle Behr et Olivier Journiat (montage Sébastien Dufour) avec les interviews de : plusieurs consommateurs, Simon Desrues gérant de bar, Delphine Goff, serveuse Christophe Urien, commissaire de police.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société police sécurité