Rouen : le centre de nutrition du CHU innove avec un suivi des patients à domicile, en visioconférence

Faire de l'activité physique adaptée, de l'hypnose, de la méditation, échanger avec son nutritionniste...sans aller à l'hôpital. C'est une précaution tant que le virus circule. Le centre de nutrition à Bois-Guillaume a mis en place ce suivi de patients soignés pour leur surpoids ou obésité. 
Des exercices avec tout ce que l'on peut trouver chez soi pour faire de l'activité physique régulièrement
Des exercices avec tout ce que l'on peut trouver chez soi pour faire de l'activité physique régulièrement © P. Cornily/France Télévisions

La distance n'empêche pas la convivialité. Chaque semaine, des hommes et des femmes se retrouvent dans la petite mosaique de leur écran. Patients, psychologue, médecin, nutritionniste. 

La visioconférence a d'abord été adoptée par nécessité. Les patients en surpoids ont plus de risques face au coronavirus. Cette interface plait. Le suivi est assuré. "Vous n'êtes pas seul", c'est le message du centre spécialisé de l'obésité (au centre de nutrition de Bois-Guillaume qui dépend du CHU) 

"Nous avons trouvé un outil qui soit accessible aux patients et qui garantisse la sécurité des données. C'est un logiciel téléchargeable par les patients facilement"

Docteur Folope, responsable du centre de nutrition du CHU de Rouen

Le CHU de Rouen innove avec un suivi à domicile des patients du centre du nutrition

Une méthode en douceur, sans focaliser sur le poids

Le programme ambulatoire (sans rester à l'hôpital) propose des thérapies variées, des échanges lors de groupes de parole. Elles aident les patients à comprendre leurs compulsions alimentaires liées au stress, aux émotions.

Ils trouvent les ressources intérieures pour aller vers d'autres moyens de s'apaiser. Les questions sur le poids ne deviennent plus oppressantes et intrusives. 

L'activité physique est essentielle dans ce suivi. Elle est adaptée. Une chaise, des bouteilles, un mur permettent de faire une séance bénéfique. 

 

Avoir envie de manger ne signifie pas forcément avoir faim

Françoise Grün, patiente du centre de nutrition

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société