Rouen : le cantonnier accusé de génocide condamné à 14 ans de réclusion criminelle par la Cour d'assise de Paris

Publié le
Écrit par R. Plumet avec AFP

Claude Muhayimana, accusé d'avoir sciemment aidé des tueurs lors du génocide des Tutsi en 1994 au Rwanda, était jugé depuis le 22 novembre 2021 pour complicité de génocide.

Après dix ans de procédure et deux reports à cause de la crise sanitaire, le procès du cantonnier de Rouen a duré près d'un mois, avec l'audition de plusieurs dizaines de témoins, dont certains venus spécialement du Rwanda.  

Ce jeudi 16 décembre 2021, Claude Muhayimana a été condamné à 14 ans de réclusion criminelle.
Après l'annonce du verdict, ses avocats ont indiqué qu'ils allaient faire appel.

La veille, le ministère public avait requis 15 ans de réclusion criminelle contre ce Franco-rwandais âgé de 60 ans, accusé d'avoir transporté des tueurs sur des lieux de massacre de Tutsi à Kibuye (ouest du Rwanda) entre avril et juillet 1994.  

Avant que la cour se retire pour délibérer, Claude Muhayimana a fait  une courte déclaration :  "Je voudrais que vous essayiez de vous mettre à ma place en 1994, ce que j'ai fait pour sauver des gens. Je vous remercie", a simplement déclaré l'accusé.

Des rescapés entendus

Lors des audiences, une cinquantaine de témoins, rescapés du génocide mais aussi des ex-tueurs condamnés au Rwanda, ont été entendus. Plusieurs d'entre eux ont déclaré avoir vu M. Muhayimana, alors chauffeur d'hôtel, transporter des miliciens hutu Interahamwe allant massacrer les Tutsi réfugiés dans des lieux de Kibuye ou dans les collines avoisinantes.  

Des témoignages mis en doute par la défense 

La défense a insisté pour sa part sur "la faiblesse et le manque de crédibilité des témoignages", l'absence de preuves, et insisté sur le fait que l'accusé avait sauvé des Tutsi, ce que la plupart des témoins ont attesté.  

Claude Muhayimana, cantonnier à Rouen, dans le nord-ouest de la France, où il est arrivé dans les années 2000, comparaissait libre.

Le génocide des Tutsi du Rwanda, orchestré par le régime extrémiste hutu, a fait plus de 800.000 morts entre avril et juillet 1994, une des pires tragédies du XXe siècle.