• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Rouen : un nouveau groupe facebook pour rentrer en sécurité le soir

Ce nouveau groupe est en ligne depuis la mi-avril, près de 1 800 étudiants ou jeunes actifs se sont inscrits. / © Capture d'écran Rentrer safe de soirée
Ce nouveau groupe est en ligne depuis la mi-avril, près de 1 800 étudiants ou jeunes actifs se sont inscrits. / © Capture d'écran Rentrer safe de soirée

Une étudiante de Rouen a créé mi-avril le groupe "Rentrer safe de soirée" pour mettre en contact les jeunes qui rentrent de soirée et éviter ainsi les agressions et le harcèlement. Ce groupe enregistre déjà près de 1800 adeptes. Elle souhaite développer le même concept dans une appli.

Par Véronique Arnould

Manon Sturtzer, 19 ans, est étudiante en deuxième année de langues étrangères à Rouen. Comme beaucoup de jeunes, elle est inscrite sur le groupe Facebook "Etudiants de Rouen" pour communiquer avec d'autres et profiter des bons plans. C'est sur ce groupe qu'elle a pris connaissance de témoignages d'agressions relatées par des étudiantes. Beaucoup de filles y expriment leur crainte de rentrer seule le soir. C'est le point de départ de ce nouveau groupe Rentrer safe de soirée.

Je voyais des histoires de filles inquiètes, certaines racontaient qu'elles se faisaient bloquer sur leur chemin. Une était plus violente, c'était une agression sexuelle, ça m'a pris sur un coup de tête, je me suis dit qu'on pouvait essayer de rentrer en groupe - Manon, créatrice du groupe Rentrer safe de soirée.

Rentrer safe de soirée

L'objectif, c'est de mettre en contact des jeunes qui feront ensemble un bout de trajet sur la route du retour. Près de 1 800 jeunes ont déjà demandé à s'inscrire, leur profil est soigneusement vérifié avant d'accepter leur inscription. Le groupe est destiné aux étudiants et aux jeunes actifs, après concertation avec les premiers membres, le groupe est mixte.

Moi, j'ai déjà eu des amis garçons qui se sont faits agresser, je voyais mal les exclure de ce groupe - Manon.

Premiers résultats


Pour l'instant, les retours groupés sont encore assez limités, une dizaine environ depuis la création de la communauté le 17 avril. Les 5 co-animateurs espèrent grossir les rangs au fur et à mesure, ils sont vigilants pour éviter les débordements.

Il y a un questionnaire d'entrée, on filtre au niveau des profils. Lors d'un trajet par exemple, un garçon a été très insistant, voir bizarre, je lui ai expliqué que c'était inadmissible - Manon - créatrice du groupe.

Bientôt une appli ?

Pour Manon, il y a également une place pour une nouvelle appli, elle développe donc ce projet, en parallèle de ses études et de son emploi à temps partiel. 
L'idée c'est de la développer sur toute la France.

Le principe est le même : comme sur Facebook, les gens postent leurs trajets et d'autres peuvent les rejoindre. Je n'ai pas trouvé d'applis équivalentes, il y a Monchaperon, mais c'est plus destiné aux trajets du quotidien, pour le travail par exemple.

Demandez Angela


A Rouen, depuis novembre 2017, il existe également un réseau de 25 bars dans lesquels les femmes harcelées le soir peuvent entrer. Elles demandent Angela, le professionnel comprend et les met en sécurité. Ces bars sont reconnaissables avec les affiches et autocollants oranges sur leur vitrine.

Sur le même sujet

JT midi 6 juin spécial Commémoration du Débarquement

Les + Lus