• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Rouen : de la prison ferme après des dégradations commises lors d'une manifestation des “gilets jaunes”

Manifestation des "Gilets Jaunes" à Rouen le samedi 2 février 2019 entre la rue Jeanne d'Arc et la rue du Gros-Horloge / © France 3 Normandie
Manifestation des "Gilets Jaunes" à Rouen le samedi 2 février 2019 entre la rue Jeanne d'Arc et la rue du Gros-Horloge / © France 3 Normandie

Début février, une agence bancaire avait été attaquée et la vitrine avait été brisée
 

Par Richard Plumet

Les faits remontent au samedi 2 février 2019. Ce jour-là, lors d'une manifestation des "Gilets Jaunes" dans le centre-ville de Rouen, des personnes violentes avaient attaqué les locaux de la Société Générale situés rue Jeanne d'Arc.

Comme après d'autres dégradations commises contre des établissements bancaires de Rouen, la police nationale a ouvert une enquête.
 
A Rouen, une cellule spéciale enquête sur les violences des "Gilets Jaunes"
VIDEO : en avril 2019 Nicolas de Golmard, chef de la Sûreté départementale de la DDSP 76, expliquait à une équipe de la rédaction de France 3 Normandie le fonctionnement de la "cellule Gilets Jaunes" mise en place à Rouen  

Identifiés

Ce sont les experts de la cellule spéciale "Gilets Jaunes" de la Sûreté départementale de Seine-Maritime qui, en visionnant et en recoupant photos et vidéos, ont réussi à identifier, à retrouver et à interpeller les auteurs de ces actes.

Six ont été jugés vendredi dernier (21 juin 2019). Deux ont été condamnés à des peines d'emprisonnement ferme.
 
Une agence bancaire rue Jeanne d'Arc / © Magali Nicolin
Une agence bancaire rue Jeanne d'Arc / © Magali Nicolin
 

Emprisonnement et amendes

Un habitant de Petit-Quevilly âgé de 20 ans, déjà impliqué dans d'autres affaires de dégradations pendant des manifestations de "Gilets Jaunes" a été condamné à deux mois de prison ferme.  Identifié comme étant en train de jeter une pierre, un Rouennais de 28 ans est quant à lui condamné à 4 mois avec sursis et 800 euros d'amende.

Les quatre autres mis en cause dans la casse de la Société Générale écopent de 3 mois avec sursis (pour un homme de 43 ans), 3mois ferme (pour un homme de 37 ans) 3 mois avec sursis (pour un homme de 23 ans) et 5 mois avec sursis et 800 euros d'amende pour une femme de 29 ans.
 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Rencontre au Havre entre E.Philippe et D.Medvedev

Les + Lus