• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

EN DIRECT. Rouen : procès du double meurtre de la place de la Pucelle

Le drame a eu lieu dans la nuit du 19 au 20 décembre 2015 dans un appartement du centre-ville de Rouen, place de la Pucelle. / © France 3 Normandie
Le drame a eu lieu dans la nuit du 19 au 20 décembre 2015 dans un appartement du centre-ville de Rouen, place de la Pucelle. / © France 3 Normandie

Un homme de 38 ans comparaît du 1er au 5 avril 2019 devant les Assises de la Seine-Maritime. Il est accusé d’avoir tué en décembre 2015 dans le centre historique de Rouen deux jeunes gens qui revenaient d’une soirée arrosée. Il comparaît également pour le viol de la jeune fille.
 

Par Frédéric Nicolas

Live du tweet du premier jour du procès, lundi 1er avril 2019 :
 

 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

 
 
 



Rappel des faits 

L’affaire avait suscité une vive émotion à la fin de l’année 2015. Elise Fauvel, 24 ans, et Julien Tesquet, 31 ans, étaient retrouvés morts étranglés dans l’appartement de la jeune fille place de la Pucelle à Rouen.
La macabre découverte avait été faite dans l’après-midi du dimanche 20 décembre par une amie d’Elise. Inquiète de ne pas avoir de nouvelles, elle était venue sur place et avait vu, par une fenêtre entrouverte, les corps dissimulés sous un drap.

Un suspect interpellé 9 jours après le drame

A l’issue d’un travail d’analyse des caméras de vidéosurveillance, un homme était interpellé et placé en garde à vue le 29 décembre.
La nuit du drame, il était vu à 4 heures 21 entrant dans l’appartement d’Elise, accompagnant les deux amis. Logement duquel il est ressorti plus de 10 heures plus tard, à 16 heures 09.
 
Double meurtre de la Pucelle à Rouen : le rappel des faits

Rappel des faits : Frédéric Nicolas et Véronique Arnould (montage : Stéphanie Letournel)


Ce double meurtre, il aurait pu être évité si l’Etat avait fait son travail
Maître Yves Mahiu, Avocat de la famille maternelle de Julien


Un dysfonctionnement des services de l’Etat

L’accusé, un Rwandais, né en Ouganda, avait déjà été condamné en 2011 pour viol. En novembre 2015, libéré de prison, il aurait dû retourner dans son pays d’origine.
Mais autorités consulaires et préfectorales ont dysfonctionné.
 


La Cour d’Assises n’est pas compétente pour juger cet aspect de l’affaire, mais la question sera inévitablement posée durant les débats.

L'accusé encourt la réclusion criminelle à perpétuité.
 
Le drame avait suscité une vive émotion à l'époque.
Le drame avait suscité une vive émotion à l'époque.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Alençon ville refuge - Histoire de se balader mai 2019

Les + Lus