Sécurité routière : hausse du nombre de morts sur les routes cet été

L'été aura été meurtrier sur une partie des routes normandes. Les chiffres de la mortalité sont en nette augmentation. En Seine-Maritime, dimanche encore, un automobiliste a perdu la vie sur la Sud 3 à hauteur de Grand-Couronne, près de Rouen. Les pouvoirs publics ont-ils décidé de sévir en cette rentrée?

L'été a-t-il été plus meurtrier que d'habitude sur les routes de la région ? Dans la nuit de lundi 29 à mardi 30 août, deux personnes ont perdu la vie dans deux accidents de la route. D'abord à Manéglise, près du Havre (Seine-Maritime), vers 1 heure du matin, un jeune homme de 22 ans est décédé. La victime était incarcérée dans sa voiture à l’arrivée des pompiers. Les circonstances de l'accident ne sont pas encore connues.

Vers 2 heures du matin, à Caillouet-Orgeville près d'Evreux (Eure), c'est une fillette de 11 ans qui a succombé à ses blessures. Un seul véhicule, un fourgon de neuf places qui aurait fait des tonneaux, est impliqué. La jeune fille a été éjectée et se trouvait coincée sous le véhicule à l’arrivée des secours.

4 fois plus de morts en Seine-Maritime en juillet

A titre d'exemple, dans le département de Seine-Maritime, 8 personnes ont perdu la vie dans des accidents au mois de juillet 2022, contre 4 en 2019 et 2 en 2021. Il y a également plus d'accidents : 73 en juillet contre 62 il y a un an.

Parmi les drames qui ont marqué l'été, ce jeune homme de 22 ans qui a perdu la vie dimanche 28 août à Grand-Couronne, près de Rouen, et un autre de 19 ans en état d’urgence absolue à Sainte-Austreberthe, héliporté au CHU de Rouen.

On a aussi en tête fin avril cet accident survenu quai Ferdinand Lesseps, à deux pas des locaux de France 3 Normandie. L’automobiliste roulait à plus de 120 kilomètres heure sur un axe limité à 50 km/h. Les riverains demandent des aménagements. Des bornes J11, de grosses bornes blanches, ont été mises en place ces derniers jours. 

"Des millions de Français prennent la route pour partir en vacances l'été. La période estivale, marquée par d'importants chassés-croisés, est malheureusement marquée par un pic de l’accidentalité", a indiqué la préfecture de Seine-Maritime dans un communiqué publié le 26 août.

Quel est le profil des victimes de la route ?

Près de la moitié - 44% des décès sur l’année 2022 en Seine-Maritime - ne sont pas des automobilistes. Il s’agit de ce que la sécurité routière appelle « des usagers vulnérables » : piétons, cyclistes, conducteurs de deux-roues motorisés ou encore de trottinettes électriques. Sur ce dernier point, attention aussi aux comportements des conducteurs de ces engins très à la mode. A Lyon, par exemple lundi dernier, deux ados sont morts.

Un responsable associatif déplore le manque de réglementation pour ce mode de transport. "Les enfants étaient à deux sur la trottinette, c'est formellement interdit. Ils n'avaient pas de casque, ce dernier n'est pas obligatoire. C'est le rôle des autorités d'informer sur la façon dont il faut se comporter",  s'insurge Jean-Paul Camberlin, secrétaire général du Comité Pour les Transports en Commun de Rouen. 

Les automobilistes sont-ils irréprochables ?

Ça dépend desquels. Pas ces deux jeunes permis interpellés la semaine dernière sur l’A150 entre Yvetot et Barentin à 174 km/h et 192km/h. Bien au-dessus des 110 km/h autorisés sur cet axe pour les jeunes permis. Les deux véhicules ont été embarqués, les permis des deux conducteurs ont également été suspendus; l’A150 où depuis début août, un nouveau radar a été mis en place quand on quitte Rouen, direction Dieppe et Le Havre. Depuis un an et demi déjà, la vitesse avait été abaissée de 110 à 90. 

Face à cet enjeu de sécurité routière, le préfet de la Seine-Maritime, a donné instruction aux forces de l’ordre de poursuivre et d'intensifier les contrôles dans les secteurs et les axes les plus exposés, en ciblant les dates et les créneaux horaires adaptés.

Au niveau départemental et depuis le début de la période estivale, les forces de sécurité ont mené :

  • 119 opérations de recherche de conduites sous alcool ou stupéfiants.
  • 127 opérations de contrôle de vitesse

Au total, 10 129 infractions ont été relevées dont 4 199 infractions graves génératrices d’accidents ayant conduit à la rétention de 598 permis et à l'immobilisation de 1 016 véhicules.

Un autre sujet a fait débat cet été : la vitesse sur les routes départementales de l’Eure et de la Seine-Maritime reste limitée à 80 km/h. Certains départements sont repassés à 90 (45 au total dans toute la France). Ce n’est pas le cas chez nous.

Même constat dans l'Eure

Dans le département de l'Eure, même constat. Depuis janvier 2022 : 311 accidents et 18 personnes décédées. Un nombre de tués  en net recul par rapport à 2021 mais qui a doublé par rapport à fin juin (9 tués au 1er semestre 2022).

En 2022, les principaux facteurs d'accidents mortels sont :

  • l'alcool (présent dans 41% des accidents mortels),
  • la vitesse excessive ou inadaptée (présente dans 35% des accidents mortels),
  • l'usage de produits stupéfiants (présent dans 18% des accidents mortels)

Les victimes tuées sont des usagers de véhicules légers (9), des usagers de deux roues motorisés (6) qui cette année sont particulièrement concernés par l'accidentalité.

Concernant les opérations de contrôle, les forces de l'ordre constate une dégradation des comportements routiers. Ainsi au 31 juillet 2022, le nombre d'infractions pour alcoolémie était en hausse de 37% (1405 infractions en 2022 contre 1028 en 2021), tout comme le nombre de dépistages positifs aux stupéfiants (+25%). Augmentation également des infractions pour non arrêt au feu rouge (+37%), franchissement de ligne continue (+16%), non arrêt au stop (+117%), utilisation du téléphone (+32%), ou non port de la ceinture (+30%).