TÉMOIGNAGES - Incendie Lubrizol à Rouen - Gorge qui pique et odeur insupportable, les rouennais racontent...

Jeudi matin, un panache de fumée s'étire vers le nord de Rouen, poussant les autorité à conseiller aux habitants de rester chez eux. / © Blas Garcia Castellano
Jeudi matin, un panache de fumée s'étire vers le nord de Rouen, poussant les autorité à conseiller aux habitants de rester chez eux. / © Blas Garcia Castellano

Une famille de Saint-Etienne du Rouvray confinée qui se plaint de picotements dans les voies ORL, des gens incommodés par l'odeur, impressionnés par le bruit des sirènes qui retentissent dans Rouen et les clubs de sports à l'arrêt, les écoles, les crèches... ça parle sur les réseaux sociaux.

Par Alexandra Huctin et Olivier Couvreur

 

Au petit jour, le réveil a été brutal pour toute l'agglomération rouennaise. après le bruit des explosions, et celui des sirènes... Ceux qui sont autorisés à sortir, constatent d'abord "l'odeur très présente" 


Twitter- Une famille signale son inquiétude : ils sont confinés chez eux " autant que possible " mais le couple explique qu'ils sont avec 3 petites filles dont un bébé, touchées par des picotements dans les voies ORL, alors que la maison est fermée. 
 
 


D'autres s'étonnent, l'usine brûle depuis le milieu de la nuit et les sirènes n'ont retenti, dans la ville, qu'à 8 heures du matin.

Facebook-  "Un nuage noir impressionnant sur toute l’agglo mais le Préfet dit qu’il n’y a pas de toxicité aiguë ! Hallucinant d’affirmer cela quand on sait que ce qui brûle depuis 3h du mat, se sont une multitude de produits chimiques! Toujours pas maîtrisé et 200 pompiers sur place! Vue de chez moi."
 
 


Au plus près de l'incendie

Elle m'a envoyé une photo, je me suis dit qu'il fallait pas que je loupe ça.

Blas Garcia Castellano est passionné de photographie. Il a été prévenu par une amie qui travaille dans les services de police secours et était sur place vers 3h du matin, peu après le début de l'incendie donc. "Elle m'a envoyé une photo, je me suis dit il faut pas que je loupe ça". 
 

Quand il arrive sur les lieux, quelques pompiers sont déjà sur place. De nombreux autres vont arriver pour lutter contre cet incendie qui ravage l'usine Lubrizol, classée SEVESO. / © Blas Garcia Catellano
Quand il arrive sur les lieux, quelques pompiers sont déjà sur place. De nombreux autres vont arriver pour lutter contre cet incendie qui ravage l'usine Lubrizol, classée SEVESO. / © Blas Garcia Catellano

 

Peu à peu les camions sont arrivés de partout... Autant de pompiers qui arrivent d'un coup. je me suis dit "ça craint". 
Blas Garcia Castellano, photographe amateur

Blas a pris beaucoup de photo cette nuit. Vous pouvez d'ailleurs en consulter sur sa page facebook en cliquant ici. Il a notamment posté une vidéo des explosions qui ont pu être entendues dans la nuit dans une bonne partie de l'agglomération de Rouen. Impressionnante et partagée plus de 6000 fois : 

Les toits brûlaient, Un bâtiment était en train de fondre, avec les cuves à côté j'ai eu peur que ça explose entièrement. 


Il nous raconte qu'il a vu "des grosses flammes, des explosions, il y avait peu de gens présents sur place, peu de pompiers. Mais peu à peu les camions sont arrivés de partout. Autant de pompiers qui arrivent d'un coup. je me suis dit "ça craint"

Son premier ressenti ? "C'est un gros feu, il vont avoir du mal à l'éteindre. C'était très impressionnant de voir des flammes aussi haut, et cette fumée. J'ai même eu peur à un moment, peur de projections d'objets. Cet été j'avais déjà pris en photo un incendie mais là ça n'avait rien à voir, c'était beaucoup plus grand. Je sentais la chaleur des flammes...

Blas était en tenue de sécurité -c'est son travail- et il n' y avait pas de barrage de police  : "j'ai pu être assez proche". Les images parlent d'elles mêmes.

 

En IMAGES. Au plus près de l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen

 

Les toits brûlaient, Un bâtiment était en train de fondre, avec les cuves à côté j'ai eu peur que ça explose entièrement, nous explique Blas, un pompier est venu me voir pour que je m'éloigne un peu. 
 

Je suis inquiet par la fumée, par l'impact écologique que cet incident va avoir.

"J'ai voulu prendre de belles images, ça sentait entre le gaz et le pétrole, je sens encore d'ailleurs un peu ! nous confie-t-il. "Il y avait de la vapeur qui sortait des bouches d'égoût. Je suis inquiet par la fumée, par l'impact écologique que cet incident va avoir. J'ai eu peur que le site explose complètement !"

Des traces d'hydrocarbures partout dans la ville

Twitter - Sympa les traces noirâtres au réveil sur ma terrasse ! Ça en dit long sur ce que l’on va respirer aujourd’hui et aussi pour tout le reste (légumes, arbres, plantations, animaux)
 


Et à plusieurs dizaines de kilomètres aussi
 

Twitter- à Sommery (76)

A Quincampoix aussi.
 


Les sportifs : mis à l'écart des terrains

Alors que le club de foot QRM (Quevilly Rouen Métropole) annule tous ses entraînements aujourd'hui, les hockeyeurs ferment aussi leur bureau.
Facebook -  Les Dragons de Rouen souhaitent d'ailleurs beaucoup de courage "aux pompiers et forces de l’ordre mobilisées pour maîtriser ce terrible incendie."
 


Twitter- Un rouennais raconte "J'ai comme qui dirait cru pendant mon réveil qu'on était bombardés". Dehors les sirènes retentissent. 
 

Journée compliquée au tribunal 


Le tribunal administratif et celui des Prud'hommes seront fermés ce 26 septembre. Le Tribunal de Grande Instance fonctionnera comme il pourra.

Twitter- Beaucoup de magistrats et greffiers sont confinés chez eux ! 


Le centre-ville drapé d'une fumée noire 


La nuit en plein jour pour tous les voisins de l'usine
 

Evitez Rouen aujourd'hui 

Twitter- photo des bouchons. "Circulation compliquée ce matin aux abords de Rouen"


Un chauffeur-routier rencontré à l'entrée de Rouen alors qu'il arrive de Notre Dame de Gravenchon cherche sa route.  

"Quand je suis arrivé j’ai croisé un camion. Le chauffeur m’a dit : pas la peine de continuer, tu pourras pas passer. Effectivement, je suis arrivé, c’était bloqué. Je devais aller travailler dans Rouen. J’ai un chantier, mais c’est annulé. J’attends que mon chef me donne l’autorisation de repartir. On va retourner à la maison, si on peut rouler, parce que ça doit être le bazar un peu partout !"

 

L'odeur toujours présente en fin de matinée


Twitter- "Qu'est ce que ça pue !"

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus