Des “ tiny houses ” pour se réinsérer à Rouen

© Bruno Belhamri / France Télévisions
© Bruno Belhamri / France Télévisions

Elles sont petites par la taille mais grandes par le symbole : deux maisonnettes en bois ont été installées à Rouen pour y accueillir des personnes en situation de grande précarité. Ces " tiny houses " doivent permettre la réinsertion sociale et professionnelle de leurs occupants.
 

Par Elina Weil

C’est ici que va vivre Alex. Un coin couchage, une mezzanine... Il y aura aussi un coin salon, un coin douche et des toilettes sèches actuellement en fabrication…

Il reste encore des aménagements à faire dans cette maisonnette de 15m² mais pour Alex, c’est une nouvelle vie qui va commencer.

Resté six mois dans la rue à passer de squat en squat, il a à présent son chez lui, ce petit chalet où il va pouvoir se reconstruire : " pour retrouver un travail, c’est plus simple car on sait qu’après le boulot, on rentre chez nous, on va pouvoir dormir. Quand on est en foyer dans une chambre de quatre, que c’est le bazar toute la nuit, qu’on ne dort pas ou qu’on est dans un squat dans une cage d’escalier, arriver en vrac au boulot, ça va un temps mais là au moins, on se reconstruit et on est dans un endroit où on sait qu’on rentre, qu’on peut s'y doucher, s'y faire à manger…"
 
Les "tiny houses " sont des maisons minuscules mobiles apparues il y a quelques années.

 

Une adresse, et bientôt un travail


Alex a maintenant une adresse et bientôt un travail, ce qui va lui permettre de payer un petit loyer.

Franck Renaudin est à la base de ce projet. C’est en feuilletant un magazine sur les maisons minuscules que cet entrepreneur a eu le déclic. " J’ai découvert le principe des " tiny houses "  et je me suis dit que c’était génial. C’est ce qu’il nous faut pour les personnes sans-abri, pour les accompagner dans leur recherche d’emploi grâce à la mobilité des maisons qui permettent de les rapprocher des opportunités d’emplois, de stages, de formations…
 
© Bruno Belhamri / France Télévisions
© Bruno Belhamri / France Télévisions

 

Une période de test


Pour l’instant, le projet ne fait que démarrer et il s’agit d’une période de test, importante pour la suite.

" On a deux maisons (...). On prévoit d’en avoir trois autres d’ici l’été pour faire le pilote, voir comment elles sont acceptées par les personnes qui vivent dedans, par les collectivités, le voisinage et une fois tous les clignotants au vert, on va développer notre propre entité de production des maisons ici, sur la métropole de Rouen ".
 
© Bruno Belhamlri / France Télévisions
© Bruno Belhamlri / France Télévisions


Pour cela, il faut des fonds. Franck Renaudin compte dans un premier temps sur le crowdfunding puis sur des investisseurs privés pour récolter l’argent nécessaire.
 
© Bruno Belhamri / France Télévisions
© Bruno Belhamri / France Télévisions

 

Sur le même sujet

Les + Lus