Transports. Création de RER dans 10 métropoles : Rouen est-elle concernée ?

Publié le
Écrit par Théo Thomas .

Le président de la République a annoncé sa volonté de développer un réseau de RER dans 10 métropoles françaises. Il n'a cependant pas précisé quelles villes seraient concernées. La métropole de Rouen (Seine-Maritime) pourrait-elle en faire partie ?

C'est une annonce qui a beaucoup surpris. Dimanche 27 novembre 2022, à l'occasion d'une vidéo postée sur YouTube dans laquelle le président de la République a annoncé vouloir développer un réseau RER dans dix grandes métropoles françaises, une alternative à la voiture pour les trajets domicile-travail.

Interrogé par les internautes sur l'écologie, Emmanuel Macron souhaite que l'on puisse "se dire au fond, le RER, ce n'est pas que sur Paris."

Les 10 villes françaises concernées serait celles "où il y a thromboses, où il y a trop de circulation, où les déplacements sont compliqués" et où "on doit se doter d'une vraie stratégie de transports urbains".

 

"C'est un super objectif pour l'écologie, l'économie, la qualité de vie."

Emmanuel Macron

Pas de date avancée

Le Président de la République ne s'est pas prononcé sur le calendrier de ce projet mais, selon nos confrères du Figaro, l'Elysée indique que "le conseil d'orientation des infrastructures de transport travaille en ce moment à identifier les projets qui pourront être lancés en premier" et qui "devrait rendre ses conclusions d'ici un mois".

Un projet tel que celui-ci devrait "mettre dix ans ou plus" à être complètement achevé. 

Et Rouen ? 

Plusieurs villes ont déjà été citées pour accueillir un RER (Réseau Express Régional) : Lille, Bordeaux, Strasbourg, Lyon, Grenoble et Aix-Marseille. Mais qu'en est-il de la capitale normande ?

A Rouen, depuis plusieurs mois, des associations réunies sous le collectif "SOS Gares" ont travaillé pour imaginer un Service Express Métropolitain (SEM), équivalent d'un RER, et l'ont présenté à la métropole. 

L'association prévoit 3 lignes qui s'appuieraient sur la rénovation ou la réouverture de gares et de voies déjà existantes, et la création de la gare Rouen Saint-Sever.

Dans le détail, voici les 3 lignes "SEM" portées par l'association :

  • SEM A : Yvetot – Saint-Aubin-lès-Elbeuf en passant par Rouen Rive Droite
  • SEM B : Clères – Serqueux en passant par Rouen Rive Droite
  • SEM C : Rouen Saint-Sever – Elbeuf 

Un train devrait passer toutes les "30 minutes en heure de pointe". Autrement dit, le matin et le soir. 

Sollicitation des élus

Le collectif SOS Gares a demandé courant novembre aux conseils municipaux de la métropole de soutenir le projet qu'il porte. Il s'agit des maires des communes de la métropole et ceux des communes où pourraient passer les trois lignes ferroviaires. 

Dans le même temps, le collectif estime qu' "une 1ère phase d’un SEM Rouennais, cadencé à la

demi-heure de 5h à 23h, paraît réalisable d’ici 2028 par étapes, pour des coûts relativement raisonnables". 

Une deuxième phase interviendrait entre 2028 et 2030 "pour un SEM cadencé à la demi-heure d'ici 2030", incluant une tarification qui vaudrait pour le réseau de bus, métro et Service Express Régional. Les deux autres lignes entreraient à la suite en fonctionnement petit à petit. 

SOS Gares a bon espoir 

Interviewé par notre journaliste Angèle de Vecchi, le président de l'association SOS Gares, Jean-Louis Dalibert, se réjouit de cette annonce. "Je trouve que c'est une très bonne nouvelle. C'est surprenant. On ne s'y attendait pas du tout. Si on peut être retenus, c'est encore mieux !

Cette annonce le laisse penser qu'il y aurait plus de financements. "Ça veut dire des financements de l'Etat, européens qui s'ajouteraient à ceux de la région, de la métropole et éventuellement ceux du département [...] pour réaliser les travaux, financer le projet et acheter le matériel nécessaire."

Jean-Louis Dalibert, président de SOS Gares, pense que Rouen a toutes ses chances d'être sélectionnée ©France Télévisions / A. de Vecchi

Et il y croit car, pour lui, le projet de la métropole rouennaise est "peut-être moins couteux que certains puisqu'il n'y a pas de création de ligne. Il y a juste des travaux d'aménagement d'électrification", qu'il estime à hauteur de 400 millions d'euros

Bon accueil chez les élus normands

Nicolas Mayer-Rossignol, maire de Rouen et président de la métropole, semble bien accueillir cette annonce du chef de l'Etat. "La Métropole est l'une des 10 plus grandes métropoles de France. Nous avons les infrastructures ferroviaires. Nous portons avec les collectivités, les associations locales, les usagers, un projet de service express métropolitain. Nous sommes prêts. Chiche!"

La métropole de Rouen indique ne pas avoir connaissance du "calendrier de la sélection" des villes concernées. Mais, son but est affiché : se "mobiliser pour faire savoir notre intérêt et mettre en valeur les études déjà mises en place sur notre territoire."

"Nous sommes déjà dans un processus et comptons l'accentuer encore."

Métropole de Rouen

La métropole explique avoir déjà "engagé des études et délibéré à ce sujet" il y a plusieurs mois maintenant. 

La région s'inquiète que Rouen et Caen ne soient pas retenues

La Normandie se félicite de cette annonce et indique qu'elle travaillait déjà sur ce projet. "C'est quelque chose qui est déjà en route. On a déjà des études qui sont en cours qui sont financées par l'Etat et la métropole", indique Jean-Baptiste Gastinne, vice-président en charge des Transports et de la Mobilité à la région. 

Ces études menées par SNCF Réseau sont coûteuses : 1 million et demi d'euros pour la métropole rouennaise, selon l'élu. Et elles prennent du temps. Les premiers résultats devraient être rendus en 2023. "Ce sont des études qui demandent du temps. Il y en aura d'autres pour avoir des estimations concrètes, mesurer l'impact de ce fait."

Ce projet de RER mobiliserait de nombreux aménagements à créer, rénover : "de nouvelles gares, de nouvelles haltes, des travaux de voies pour stocker les trains, de nouveaux tronçons de lignes", précise Jean-Baptiste Gastinne. 

"Ce serait choquant que Rouen ne soit pas retenue dans les 10 métropoles."

Jean-Baptiste Gastinne

Selon l'élu, ce projet "devrait bénéficier à une grande agglomération dès qu'il y a un carrefour ferroviaire", comme c'est le cas à Rouen. 

Pour que Rouen soit sélectionnée, tout comme Caen, il explique que "on en parle à chaque fois que l'on a des discussions d'Etat, avec les ministres, avec les représentants de l'Etat en région (préfets), avec l'ancien et le nouveau président de SNCF Réseau, et le directeur général de la SNCF, Jean-Pierre Farandou.

Jean-Baptiste Gastinne insiste : "Il faut que l'on conjugue tous nos efforts pour que ces trains emportent plus de personnes et qu'on limite l'usage de la voiture."

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité