Vélo en ville : comment rouler sous la pluie, conseils et astuces de velotafeurs

Rouler à vélo sous le soleil, c'est validé. Mais avec la météo qui change, les clés de voiture se rapprochent dangereusement de votre main le matin ? Voici quelques conseils pour rester cycliste, par tous les temps.
Comment rouler sous la pluie, conseils et astuces de velotafeurs
Comment rouler sous la pluie, conseils et astuces de velotafeurs © NATIONAL NEWS AND PICTURES / MAXPPP

 

L'équipement de base du cycliste en temps de pluie

Le vélo est devenu pour François un moyen de locomotion au quotidien. "Pas le choix, on n'a qu'une seule voiture" explique-t-il en souriant. Alors rouler sous la pluie, ça le connaît : "curieusement, c'est peut-être une impression mais je crois qu'il pleut surtout à l'automne et au printemps, et pas tant que çà l'hiver". L'hiver, l'ennemi change et c'est plutôt le froid. En tous cas, contre la pluie, il s'est équipé.

La cape de pluie, c'est la première chose à laquelle on pense mais après quelques bonnes saucées, je me suis aussi acheté un pantalon. La cape ne suffit pas, surtout quand il y a du vent.

François, cycliste au quotidien

Quand il a commencé à prendre son vélo pour aller travailler, François s'est tout de suite équipé d'une cape "C'est la première chose à laquelle on pense mais après quelques bonnes saucées, je me suis aussi acheté un pantalon. La cape ne suffit pas, surtout quand il y a du vent". Cape et pantalon de pluie sont donc pour lui essentiels. Achetés dans une grande enseigne de sport, ces deux éléments tiennent la route et lui permettent d'arriver au boulot au sec et d'en repartir. "Avec le vélo électrique, c'est plus facile aussi de se motiver, et on subit moins le vent". Autre astuce de taille : si vous n'optez pas pour le vélo uniquement pour faire du sport, l'assistance électrique vous permettra de rouler entre les gouttes et de rester un cycliste hors des périodes estivales.

Les astuces des cyclistes pour affronter la pluie

Le site Bikester propose un guide complet "rouler sous la pluie" avec notamment quelques astuces pour les velotaffeurs tels que garder "toujours une tenue de rechange sur votre lieu de travail. Si la place manque pour une tenue complète, des chaussettes sèches seront déjà très appréciables."

Une fois arrivé à destination, il n'est pas garanti que vous trouverez une place au sec pour votre monture. Alors il faut penser à emporter un sac plastique pour protéger son vélo ou a minima une housse de selle.

Pour ceux qui craignent vraiment la pluie, il y a aussi çà : la capote de vélo...

Savoir rouler en ville sous la pluie

Rouler sous la pluie ou sur routes mouillées nécessite une conduite plus prudente et anticiper encore plus car les distances de freinage augmentent. Il faut également éviter de freiner brusquement et préférer actionner plus légèrement les freins, à plusieurs reprises.

Lorsqu'il pleut, non seulement la route peut être glissante mais en tant que cycliste vous êtes aussi moins visible. Les voitures qui vous suivent ou vous précèdent vous voient encore moins que d'habitude. Il faut alors veiller à se rendre visible par tout moyen (lumières clignotantes, vêtement réfléchissant).

En roulant, il faut faire particulièrement attention au marquage au sol, les signalisations, les plaques d'égouts et les pavés sont très glissants. Il est nécessaire de se méfier des flaques d'eau et pas seulement pour ne pas se retrouver trempé. Il est difficile de voir des nids de poule, des obstacles ou d'éventuels objets ou détritus à travers l'eau. 

Vélo : bien choisir son itinéraire en ville 

Selon différentes estimations, reprises sur le site Connaissances de énergies dans son article "Quelle place pour le vélo dans la France d'après ?" près de 5% des personnes de plus de 15 ans utilisent leur vélo au quotidien en France (contre 30% au Danemark et 43% aux Pays-Bas). "La pratique évolue très différemment selon les zones géographiques : elle est en forte progression dans le centre des grandes villes, un « trompe l’œil » selon l’Ademe puisqu’elle chute dans le même temps en banlieue, en milieu périurbain et dans les zones rurales « là où il y a 25 ans la pratique du vélo était la plus fort".

Il est communément admis que le vélo est, en ville, aussi rapide que la voiture pour des trajets autour de 10 kilomètres. Au-delà de 10 kilomètres, le trajet en voiture (même avec les ralentissements) est plus rapide. Mais la distance ne fait pas tout, il faut aussi prendre en compte le dénivelé. Pour cela, les applis de vélo semblent indispensables. 
Pour préparer son itinéraire : Géovelo  ou Citymapper peuvent vous venir en aide. Les itinéraires sont calculés en fonction des dénivelés, des voies cyclables spécifiques et de l'horaire de départ. De quoi aussi varier les plaisirs en s'accordant parfois un passage par une voie verte, pour les plus chanceux.

Les bienfaits du vélo comme mode de déplacement 

Une étude menée sur 15 ans par plusieurs universités en Nouvelle-Zélande et en Australie montre que se rendre au travail à vélo augmente l’espérance de vie. Les "velotafeurs" diminuent leur risque de décès de 13%.

“Nous avons étudié 80% de la population en âge de travailler, sur une période supérieure à 15 ans. On peut dire que c'est très représentatif" explique Caroline Shaw sur le site internet de l'université d'Otago (Nouvelle-Zelande). Les chercheurs de cette étude (qui a débuté en 1996) en sont convaincus : le vélo, c'est bon pour la santé et cette activité physique augmente l'espérance de vie.

L'étude démontre que ceux qui utilisaient leur vélo tous les jours pour se rendre au travail ont vu leur risque de décès diminuer de 13%. Cette réduction de mortalité ne touchait pas les personnes qui marchaient ou qui utilisaient les transports en commun. La marche reste toutefois bénéfique dans la réduction des risques de diabète et de maladies cardiovasculaires.

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports vélo infos pratiques société