Sous le coup d'un mandat d’arrêt international, il vient former le personnel de la maison d'arrêt de Caen

La maison d'arrêt de Caen / © Google streetview
La maison d'arrêt de Caen / © Google streetview

Christophe Naudin est recherché par la justice dominicaine pour avoir participé à l'exfiltration des deux pilotes condamné dans laffaire "Air Cocaïne". Le 13 janvier, il a dispensé une formation à la maison d'arrêt de Caen alors qu'il était sous le coup d'un mandat d'arrêt international.

Par F3Normandie

C'est une histoire qui fait bondir le syndicat UFAP - Unsa justice. Le 13 janvier dernier, le personnel de la maison d'arrêt de Caen suit une formation au nouveau matériel bagage X (portiques de sécurité) dispensée par un intervenant extérieur travaillant pour une société spécialisée dans la sécurité. Pour pénétrer dans l'établissement, le formateur a bien évidemment bénéficier des autorisations nécessaires délivrées par l'adminitstration.

Ce qui provoque la stupeur et l'indignation de l'organisation syndicale, c'est que ce formateur n'est autre que Christophe Naudin, un homme dont le nom est rattaché au dossier "Air Cocaïne". Ce criminologue et spécialiste de la sûreté aérienne, a participé l'exfiltration en octobre dernier des deux pilotes comdamnés à 20 ans de prison en République Dominicaine pour trafic de drogue. A ce titre, la justice de ce pays a émis un mandat d'arrêt international à son encontre et ce le 22 novembre 2015, soit 7 semaines avant son intervention à la maison d'arrêt de Caen.

Sur son site internet, l'UFAP - Unsa justice se dit "indignée par un tel laxisme des différents services de l’État qui ont failli à leur mission de vérification". L'autorisation d'intervenir au sein de la maison d'arrêt de Caen aurait été délivrée à Christophe Naudin avant l'émission du mandat d'arrêt international, ce qui expliquerait que la formation ait bel et bien eu lieu.

Le spécialiste de la sécurité ne reprdnra ps tout de suite ses activités de formateur. Depuis le 4 février, il est emprisonné en Egypte. Sa détention a été prolongée jeudi dernier de 15 jours. "Le parquet n'a toujours pas pris de décision concernant son extradition (vers la République Dominicaine), l'affaire est toujours en cours d'examen", a expliqué un un haut responsable de la police à l'AFP.

Sur le même sujet

Les + Lus