• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Trains en retard pour cause de feuilles mortes : nos voisins font-ils mieux ?

© Jérôme Gorin / AltoPress / Maxppp
© Jérôme Gorin / AltoPress / Maxppp

Comme le montre le retard du Paris-Cherbourg ce lundi matin, chaque automne, les feuilles mortes restent un fléau pour la SNCF. En s'accumulant sur les voies, elles rendent difficiles les conditions de circulation. Un problème que connaissent d'autres pays ! 

Par Aurélie Misery

C'est de saison : les retards de trains. La raison est simple : sous l’effet de l’humidité, les feuilles mortes se décomposent sur les voies, rendant difficiles le freinage et l'accélération des trains.  

A chacun ses feuilles mortes !

En Lettonie par exemple, sur sa page internet, le service de transport ferroviaire public rappelle aux passagers que "l'une des principales raisons pour les retards" est la présence l'automne de feuilles qui "réduisent l'adhésion entre les roues des trains et les rails" et "rallongent la distance de freinage des trains". 

Au Royaume-Uni, l'excuse des retards pour cause de feuilles mortes sur les voies est même tellement courante qu'elle en est devenue l'objet de plaisanteries ! Mais le problème est bien réel : en 2013, les feuilles mortes aurait causé 4,5 millions d'heures de retard pour l'ensemble des passagers ! Et chaque année, des horaires des trains sont modifiés à la saison automnale. Ces "leaf fall timetables" s'appliquent par exemple actuellement sur certaines lignes de la banlieue de Londres. 
 


En Ecosse, où la fiabilité du réseau s'est considérablement dégradée ces vingt dernières années, l'arrivée de l'automne n'arrange rien ! Interpellé récemment sur ce problème, le Ministre des Transports, a promis que le programme de nettoyage de la végétation et des arbres allait être "renforcé". 
 
Quelles solutions ? La piste du laser...

Différentes méthodes ont été testées comme le brossage, le broyage, le lavage des voies avec de l'eau ou de la glace mais avec une efficacité limitée. L'avenir semble désormais au laser.

La compagnie de train néerlandaise "Nederlandse Spoorwegen" a ainsi indiqué qu'elle travaillait en coopération avec l'Université de Delft et un ingénieur britannique pour adapter de puissants lasers sus deux de ses trains pour pulvériser les feuilles sur les voies. 

Au Royaume-Uni, plus de 50 trains de dégagement des feuilles ("leaf-busting treatment trains") sont déployés à travers le pays chaque automne. Ils utilisent la technique des jets d'eau. Mais à l'avenir, l'opérateur de maintenance du réseau envisagerait carrément d'abattre les arbres dans une distance de 60 mètres le long des voies. Pour identifier les passages les plus sensibles, un repérage cartographique aurait été établi grâce à des drones. 
 
© BENELUXPIX/MAXPPP
© BENELUXPIX/MAXPPP


Après les feuilles mortes, la neige et le froid ? 

Il faudra prendre son mal en patience car après les feuilles mortes, le froid pourrait être source de désagrément. En effet, si de la glace accumulée sous une rame se détache, elle peut endommager le matériel. En période de grand froid, les conducteurs adaptent donc leur vitesse. La glace peut également s’accumuler autour de la caténaire (l’ensemble de câbles qui alimentent les trains) et empêcher le passage du courant. Et sans électricité, les trains sont à l’arrêt. 

Des perturbations dues au grand froid, une situation que connaissent bien les Canadiens. L'hiver dernier, à Montréal par exemple, le réseau de trains de banlieue a été très perturbé. Selon le directeur général des opérations, cela s'est expliqué par "le mélange persistant de fortes bourrasques de vent, de froid et d’importantes accumulations de neige (...) déclenchant toute une série de problèmes sur notre matériel roulant et sur les infrastructures." Les usagers ont dû parfois attendre une heure par... - 30 C° ! 

A lire aussi

Sur le même sujet

Manifestation des agents EDF devant la centrale thermique du Havre

Les + Lus