Un trou sous la voie de chemin de fer entre Caen et Cherbourg : la SNCF prolonge les travaux

Les travaux visent à renforcer le talus qui a été emporté par une source d'eau le 6 novembre entre Lison et Bayeux / © Jean-Yves Gélébart / France Télévisions
Les travaux visent à renforcer le talus qui a été emporté par une source d'eau le 6 novembre entre Lison et Bayeux / © Jean-Yves Gélébart / France Télévisions

"Le plan de transport adapté" par train et autocars se poursuivra donc sur les axes Caen-Cherbourg et Caen-Granville à cause d'un affaissement entre Lison et Bayeux. La résurgence d'une source a emporté le talus. Les travaux sont plus compliqués que prévu.

Par Pierre-Marie Puaud

Des pelleteuses, une noria de camions : ce petit coin de campagne d'ordinaire bien tranquille entre Lison et Bayeux vit aujourd'hui au rythme d'un chantier qui a pris des proportions inattendues. La SNCF n'imaginait sans doute pas devoir s'employer 24h/24h pendant une dizaine de jours pour venir à bout... d'un trou.

 



L'affaire aurait normalement dû être réglée à la fin du week-end du 11 novembre. Las... "Les fortes pluies du week-end ont considérablement perturbé la réalisation des travaux. Les 700 tonnes de remblai posées et les canalisations de drainage mises en place ne suffisent pas pour maîtriser cet important écoulement d'eau qui continue de fragiliser le talus de la voie 2. Une nouvelle phase de travaux a donc été programmée." 
 

Maudite source... 


L'affaire s'est considérablement corsée quand les ingénieurs ont compris qu'un simple remblai ne suffirait pas. SNCF Mobilité doit se résoudre à enfoncer une douzaine de pieux à quatre mètres de profondeur afin d'aménager un mur de soutainement. Il faut ensuite enrocher le talus avec de gros blocs, ce qui consolide l'édifice tout en permettant l'écoulement de l'eau. Il reste ensuite à poser dix-mètres de voie neuve sur un nouveau ballast...

 

Les blocs de pierre sont destinés à consolider le talus / © Jean-Yves Gélébart / France Télévisions
Les blocs de pierre sont destinés à consolider le talus / © Jean-Yves Gélébart / France Télévisions



C'est à l'occasion d'une inspection de routine que cet affaissement de terrain a été découvert. "En garant leur voiture près de la voie, les agents ont entendu des crépitements anormaux. Ils se sont approchés et ont constaté un important affaissement sous une catener. Ils ont donné l'alerte et le trafic a été interrompu instantanément", racontait Jacky Catherine, responsable Unité Maintenance SNCF rencontré sur place le 8 novembre, à la veille d'un long week-end de travaux. Un accident a probablement ainsi été évité...

Une source apparue spontanément au pied du talus qui a emporté l'infrastructure. "L'eau emprisonnée, sous pression, a tourbillonné. C'est ce qui a créé ce trou d'une dizaine de mètres de haut et de trois mètres de large", précise Jean-Philppe Brunet, le directeur de l'Infrapole Normandie qui reste circonspect : "la ligne est là depuis plus d'un siècle. Il devait y avoir un petit filet d'eau. On ne s'explique pas un tel débit soudain". La SNCF va d'ailleurs lancer une étude hydro-géologique afin de savoir d'où provient cette eau pour éventuellement en détourner le cours.
 

Des trains toujours ralentis...


Les passagers qui twittent leur lassitude, à l'instar de la sénatrice PS du Calvados Corinne Feret, savent-ils vraiment ce qui occasione leurs voyages cahotiques ?

 



Le député de la Manche Stéphane Travert, ancien ministre de l'Agriculture, y est aussi allé de son petit coup de griffe... 

 




Le temps des travaux, l'une des deux voies est inutilisable. Les soixante-dix trains qui circulent en moyenne chaque jour doivent se partager l'unique voie restante. En abordant la zone de travaux, ils sont contraints de rouler à vitesse très réduite (40 km/h). La SNCF a maintenu l'essentiel de ses trains, mais des retards de 10 à 30 minutes sont à prévoir dans les deux sens entre Caen et Cherbourg, mais aussi sur l'axe Caen-Granville.

 



 

Dix jours d'un chantier de titan...

 

Vidéo France3 Normandie : 

Le reportage tourné le 8 novembre entre Lison et Bayeux sur le lieu de l'afaissenement : une trou d'une dizaine de mètres s'était creusé sous la voie de chemin de fer..
 

 
Affaissement de terrain à Lison-Bayeux
 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus