VIDEO. Madame Bovary en version originale et manuscrite

Publié le Mis à jour le
Écrit par France 3 Normandie

Le document fait partie de la collection d'exception mise en vente par Pierre Bergé, le compagnon d'Yves Saint-Laurent. Le manuscrit est l'édition originale, avec un autographe de Flaubert pour Victor Hugo. "Bovary, c'est moi" disait le Normand.

durée de la vidéo: 01 min 45
P Bergé se sépare de Mme Bovary

Pierre Bergé, comme son compagnon, a trop longtemps aimé les livres. Saint-Laurent adulait le Proust dépressif du grand Hôtel de Cabourg, lui Bergé le charentais a peut-être eu un faible pour Flaubert et sa Bovary, dévorée par son envie du beau et brisée par ces hommes incapables d'une vrai passion sinon celle du comptable de province. On imagine les deux en train de les relire dans leur maison de Normandie, à Benerville-sur-Mer.

Madame Bovary n'a rien de vrai. C'est une histoire totalement inventée ; je n'y ai rien ni de mes sentiments, ni de mon existence. L'illusion (s'il y en a une) vient au contraire de l'impersonnalité de l'oeuvre. C'est un de mes principes, qu'il ne faut pas s'écrire. L'artiste doit être dans son oeuvre comme Dieu dans la création, invisible et tout puissant ; qu'on le sente partout, mais qu'on ne le voie pas. "


A Mlle Leroyer de Chantepie, 18 mars 1857


A 85 ans, après avoir dispersé la collection de meubles et d'oeuvres de leur appartement parisien de la rue de Babylone et de la maison-château de Normandie, Bergé se sépare de ses manuscrits originaux accumulés par ces deux collectionneurs insatiables. "On n'est pas propriétaire des oeuvres d'arts, on les passe de main en main", explique Bergé. 
L'originale de Bovary est une mine, avec une dédicace en page de garde à Victor Hugo et dans la reliure des feuilles de travail manuscrites de Gustave Flaubert. Ce haut-normand, propriétaire terrien à Deauville - on est juste à côté de la fameuse villa Gabriel, construite par le plus grand éditeur du siècle Gaston Gallimard, racheté par Saint-Laurent et Bergé en 1983 - avait une écriture torturée et raturée à la recherche de la perfection. 
Le manuscrit est estimé entre 400.000 et 600.000 euros.

Ce qui jusqu'à Flaubert était action devient impression. Les choses ont autant de vie que les hommes, car c'est le raisonnement qui après coup assigne à tout phénomène visuel des causes extérieures, mais dans l'impression première que nous recevons cette cause n'est pas impliquée". 


Marcel Proust, janvier 1920.