• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Le labour tranquille de Blanc et Marel, les deux boeufs de Pape Clément

Les boeufs du château Pape Clément
Les boeufs du château Pape Clément

Deux magnifiques bœufs de 4 ans, Blanc et Marel remettent au goût du jour les labours des vignes du Château Pape-Clément à Pessac Léognan.

Par KJ

De race gasconne, ces deux boeufs de 400 kg, ont été élevés en Ariège, à la Bastide de Sérou, et n’obéissent qu’à la langue occitane ! Ce n’est pas pour le folklore des labours à l’ancienne que Bernard Magrez a décidé d’avoir recours aux boeufs en plus des chevaux pour les labours. Il y a des raisons techniques précises. Les boeufs permettent en effet un labour plus performant.
Ils travaillent plus lentement que les chevaux et sont donc plus précis pour leur travail entre les rangs de vignes,
Plus puissants, ils développent plus de force, notamment au démarrage. Un boeuf peut tracter et retenir plus de deux fois son poids. Ils s’arrêtent quand ils rencontrent une difficulté ou un obstacle, contrairement au cheval qui ne s’arrête pas une fois lancé. Cette attitude permet d’éviter que la charrue n’arrache des pieds de vigne au moment du déchaussage.
Cette traction animale permet également de protéger le sol des dégradations que provoquent les tracteurs. En effet, l’utilisation des animaux évite le tassement du sol ainsi que les vibrations néfastes au maintien de sa qualité. Par ailleurs, les animaux peuvent aussi atteindre des parcelles difficiles d’accès pour les véhicules. Voilà pourquoi Blanc et Marel ont devant eux de longues et heureuses saisons de labour. Tranquilles et besogneux.

Sur le même sujet

Les toits de la cathédrale St Front ouverts au public

Les + Lus