Le procès du prestige : 17 communes du littoral se sont portées parties civiles

Dix ans après le naufrage du Prestige, le procès de la plus grave marée noire de l’histoire de l’Espagne s’ouvre mardi à La Corogne.

Mimizan : Des pompiers ramassent des galettes
Mimizan : Des pompiers ramassent des galettes © DERRICK CEYRAC / AFP
Parmi les 2.000 plaignants, il y a des collectivités locales françaises dont plusieurs communes des Landes, qui n'ont pas oublié cette catastrophe.
Le Conseil général des Landes et 17 communes du littoral se sont portées parties civiles dans le procès  "Nous savons bien que nous ne récupèrerons pas notre argent, mais c'est plus une question éthique. Nous ne pouvons pas ne rien faire après ce que nous avons vécu", explique Hervé Bouerye, président du Syndicat mixte landais qui réclame 800.000 euros de dommages et intérêts.
id_notice/embed/id_utilisateur//hash/
Point sur les ravages entraînés par la marée noire du Prestige
Ce 13 novembre 2002, le Prestige, un pétrolier libérien battant pavillon des Bahamas, chargé de 77.000 tonnes de fuel, subissait une voie d’eau, en pleine tempête, au large de la Galice dans le nord-ouest de l’Espagne.
Après avoir dérivé pendant six jours dans l’Atlantique, le pétrolier se cassait en deux et coulait, à 8 heures du matin le 19 novembre, à 250 kilomètres des côtes par près de 4.000 mètres de fond.
En quelques semaines, environ 50.000 tonnes de fuel se sont échappée de la coque, polluant le littoral espagnol, portugais et français, sur des milliers de kilomètres.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice pollution environnement littoral
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter