L'institut du Tabac de Bergerac cherche un repreneur

Le fabriquant de cigarettes Imperial Tabacco se sépare de son centre de recherche de Bergerac. Les perspectives de retrouver un repreneur semblent mince.

L'Institut du tabac de Bergerac (ITB), qui abrite depuis 2008 les activités de recherche du groupe Imperial Tobbaco est à vendre. Pour l'instant aucun repreneur s'est déclaré.  Les 37 salariés et les nombreux chercheurs concernés sont inquiets, un coup dur pour l'économie Bergeracoise. Le Maire de Bergerac Dominique Rousseau s'élève contre cette décision. Il sera reçu le 20 novembreprochain au Ministère de L'agriculture et espère un dénouement positif pour sauver le centre de recherche.

Le centre de recherche
Passé entre différentes mains, de la Seita au groupe Imperial Tobacco en passant par Altadis, l'Institut du tabac n'a jamais cessé son travail de recherche scientifique. Ses travaux de génétique ont permis d'obtenir des tabacs blonds de qualité (Burley et Virginie) adaptés au climat français. Les chercheurs et techniciens continuent d'approfondir la connaissance de la plante dans le but de développer de nouvelles variétés. Leur activité consiste également à produire des graines, dont la vente apporte de la rentabilité à la structure.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie social
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter