Cet article date de plus de 8 ans

Une nouvelle résidence pour les anciens combattants d'Afrique du nord à Bordeaux

Un ancien lycée professionnel au cœur du quartier de saint-Michel à  Bordeaux, reconverti en une résidence de 40 logements
Dans le cadre d’un programme mixte, cette opération intégre 25 logements adaptés aux anciens combattants et 15 autres logements pour des jeunes en formation ou en mobilité professionnelle dans une logique intergénérationnelle.  Un espace dédié à l’histoire des troupes coloniales de 100 m² est également prévu en rez de chaussée.

On compte actuellement entre 500 et 600 anciens combattants sur l’ensemble de la Communauté urbaine de Bordeaux dont 320 sont logés dans le parc ADOMA, opérateur historique de l’accueil des travailleurs migrants, et 150 dans le parc privé, dans des logements parfois inadaptés au vieillissement et qui n’offrent pas toujours des conditions de vie optimales (logements occupés à plusieurs ou sans chauffage, hôtels meublés).

Cette population vieillissante perçoit une pension inférieure à 750 euros (minimum vieillesse + retraite du combattant, source Adoma). Dans la lignée de son combat pour une revalorisation des pensions des anciens combattants, la Région Aquitaine cherche à améliorer leurs conditions de vie.

Suite au lancement d’un appel à candidature, c’est l’opérateur public, Aquitanis, qui fut retenu à titre de bailleur emphytéotique. Son projet concerne 44 logements de type T1 et T1bis, équivalent à 62 places. Le chantier est de l'ordre de 4 millions d’euros.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social logement