Poitou-Charentes : toujours plus nombreux

1.777.773 habitants au 1er janvier 2011, c'est la population légale du Poitou-Charentes dévoilé par le dernier recensement publié par L'INSEE. La région a gagné 54 000 habitants entre 2006 et 2011. Avec une augmentation de annuelle de +0,61%, elle est au-dessus de la moyenne nationale.

Les quatre départements de la région ne connaissent pas tous la même évolution.


L'attrait de la Charente-Maritime confirmé

Au palmarès du dynamisme démographique, c'est la Charente-Maritime qui s'adjuge, sans surprise, la première place avec une évolution annuelle de +0,88%. L'attrait du littoral et de l'Arc Atlantique se confirme avec cette étude. Le département a gagné 27 000 habitants en 5 ans, soit la moitié des 54 000 nouveaux Picto-Charentais.
La Charente est en queue de peloton avec +0,32%.
Mais les surprises viennent de la Vienne et des Deux-Sèvres.
La Vienne connaît une augmentation annuelle de +0,47%, plus modeste que celle qui était attendue dans les études prospectives. 9 994 nouveaux habitants se sont installés dans le département entre 2006 et 2011. Cette situation s'explique essentiellement par les difficultés économiques traversées par le bassin Châtellerauldais. Au cours de cette période, Châtellerault a perdu 2 499 personnes soit -1,50% . C'est la plus forte baisse enregistrée dans la région pour les villes de plus de 10 000 habitants.
Une note d'optimisme tout de même pour la Vienne dont le solde naturel est positif alors que l'augmentation de la population en Charente-Maritime par exemple est due à son solde migratoire, c'est à dire à l'installation de nouveaux habitants et non aux naissances.
Les Deux-Sèvres au contraire enregistrent une évolution annuelle de +0,62%, ce qui les place au deuxième rang des départements les plus dynamiques de la région.


Poitiers toujours en tête des villes de la région

Autre constat de cette enquête, la population de la région est de plus en plus concentrée autour des grandes villes. Les neuf principales agglomérations de Poitou-Charentes représentent 60% de la population mais paradoxalement les villes préfectures perdent des habitants, conséquence de l'étalement urbain et de l'abandon des centre-villes devenus trop chers au profit des communes situées en périphérie.
Seules deux grandes aires urbaines sont dans le négatif, Châtellerault  dans la Vienne qui reste la 5ème ville de la région et Cognac, en Charente, dont le nombre d'habitants baisse de -0,12% par rapport à 2006.
Poitiers, la capitale de région, reste la plus grosse commune de Poitou-Charentes avec 87 906 habitants devant La Rochelle (74.880 habitants), Niort (57.813 habitants) et Angoulême (41.776 personnes).
 

Des chiffres déterminants pour les élections municipales

Ces chiffres publiés ce 1er janvier vont servir de base officielle pour l'organisation des prochaines élections municipales en mars 2014.
Ils permettent de déterminer le mode de scrutin applicable aux communes et le nombre de conseillers municipaux. Une information qui prend encore plus d'importance cette année avec le changement du mode de scrutin. Le seuil des 3 500 habitants est abaissé à 1 000 . Désormais, toutes les communes de plus de 1 000 habitants sont soumises au scrutin proportionnel de liste à deux tours ( donc sans possibilité de panachage ou de rayer des noms). Le scrutin majoritaire plurinominal à deux tours ne sera plus en vigueur que pour celles de moins de 1 000 habitants.

Explications en vidéo avec Marie-Pierre Gressant



Les chiffres par département au 1er janvier 2011
  • La Charente-Maritime : 625 682 habitants . 27 000 nouveaux habitants par rapport à 2006 soit une évolution annuelle de +0,61%.
  • La Vienne : 428 447 habitants. 9 994 nouveaux habitants soit une évolution annuelle de +0,47%
  • Les Deux-Sèvres : 370 939 habitants. 11 229 nouveaux habitants soit une évolution annuelle de +0,62%
  • La Charente : 352 705 habitants. 5 664 nouveaux habitants soit une évolution annuelle de +0,32%.
  • La moyenne régionale est de +0,61% et la moyenne nationale de +0,54%