Les salariés de Federal Mogul manifestent à Poitiers

Les salariés de Federal Mogul dont l'usine doit fermer à la fin de l'année, avaient annoncé une semaine d'actions. Ils ont tenu parole et ont organisé ce lundi une opération escargot entre Chasseneuil-du-Poitou et Poitiers puis une manifestation jusqu'à l'hôtel de ville. 

Les manifestants de Federal Mogul devant l'hôtel de ville de Poitiers
Les manifestants de Federal Mogul devant l'hôtel de ville de Poitiers © MA.Cristofari. France 3
A la fin de la manifestation, Alain Claeys, député-maire de Poitiers, a reçu une délégation.

Federal Mogul, à Chasseneuil-du-Poitou, est le dernier site français où l'on fabrique des pistons pour les moteurs diesel de Renault et PSA.
Mais à la fin de l'année, l'usine doit fermer, faute de rentabilité selon la direction. 241 emplois sont concernés.


Rappel des faits :

Dans la Vienne, l'usine de Chasseneuil du Poitou, qui fait partie du groupe Federal Mogul depuis 1998 perd peu à peu ses lignes de production. Elle produit surtout des pistons diesel pour les constructeurs français et souffre du développement des moteurs à essence au détriment des motorisations diesel.

En 2009, un plan social secoue le site de Chasseneuil du Poitou. Les salariés sont déjà dans la crainte de la fermeture du site.
C'est pour avoir des réponses aux questions qu'ils se posent que les salariés ont demandé l’été dernier au comité central d'entreprise de faire-valoir son droit d'alerte.
Le compte rendu de l'expertise menée dans le cadre de cette procédure a été remis à la direction ; guère encourageant, il confirme que le site poitevin n'est pas viable en l'état.


Il faudrait diversifier la production, selon les syndicats

Le 2 avril, la direction française de Federal Mogul, annonce qu’elle envisage la fermeture d'ici la fin 2014 du site de Chasseneuil-du-Poitou (Vienne). Cette fermeture entraînerait la suppression de 241 emplois.
Selon la CGT, avec les emplois induits, près de 1.000 emplois au total seraient menacés dans la Vienne par cette fermeture : "On peut tout à fait fabriquer à Chasseneuil, au lieu du piston aluminium pour diesel, du piston acier pour moteur essence ou autre", redoutant un démantèlement du secteur automobile en Poitou-Charentes, sur fond de recul général du diesel.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social