Jean-Marc Delaurent : "j'ai encore plus la haine qu'avant"

Presque trois ans après la mort de ses deux fils dans un accident de la route sur l'île d'Oléron, un père de famille clame sa colère. La justice a mis hors de cause la gendarmerie et la société Nicollin qu'il juge lui, responsables. 

© FTV
Cela s'est passé dans la nuit du 14 au 15 août 2011 à Dolus d’Oléron. Nathan et Quentin trouvaient la mort dans un accident, heurtés par un camion benne qui tentait d'éviter un scooter, lui-même percuté par un scootériste ivre.

Depuis cette nuit, leur père Jean-Marc Delaurent se bat pour que ceux qu'il considère comme responsables de cet accident, soient jugés. Son combat n'a à ce jour pas abouti. En fin de semaine dernière, la justice a mis hors de cause les deux gendarmes qui avaient contrôlé et laissé repartir le scootériste ivre; ainsi que le gérant de la société Nicollin dont le camion benne avait percuté les deux adolescents.
 
Pour Jean-Marc Delaurent, cette décision est "un manque de respect pour (ses) enfants". Il entend faire appel de cette décision. "J'ai encore plus la haine qu'avant" dit-il. 

Voyez le reportage d'Olivier Riou et Patrick Mesner (intervenant : Jean-Marc Delaurent) 
durée de la vidéo: 01 min 23
La colère de Jean-Marc Delaurent

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice