La Région Poitou-Charentes n'aidera pas financièrement, pour l'instant, la Scop Buroform

Dans une interview à nos confrères de La Nouvelle-République, Jean-François macaire, président de la région Poitou-Charentes, affirmait ce matin que la Région ne viendrait pas en aide financièrement à la Scop Buroform de Valdivienne (86) au bord du dépôt de bilan. 

Une séance du conseil régional Poitou-Charentes à Poitiers.
Une séance du conseil régional Poitou-Charentes à Poitiers. © AFP
La Scop Buroform, spécialisée dans le mobilier de bureau, est en très mauvaise posture économique au point que la direction affirme qu'elle ne sera pas en mesure de payer les salaires d'octobre. La société, installée sur deux sites dans la Vienne et en Mayenne, avait demandé une aide de 1 million d'euros aux collectivités locales. Une réunion, basée sur un audit réalisé sur la santé économique de Buroform, avait rassemblé le 24 septembre dernier des représentants des régions Poitou-Charentes, Pays-de-la-Loire, des départements de la Vienne et de la Mayenne et de la BPI (Banque Publique d'Investissement). Les salariés de Buroform qui contestent les conclusions de cet audit attendaient avec anxiété la décision des différentes collectivités locales.
La réponse par la négative à la demande d'aides publiques condamne désormais les leaders de Buroform à se tourner vers le privé et à chercher un repreneur pour éviter la liquidation judiciaire. Une démarche qui avait déjà échoué il y a un an ce qui avait conduit à la création de la Scop.


Une aide pour trouver un repreneur

Joint au téléphone, Jean-François Macaire a expliqué que : "Lors de la réunion avec l'État, la Région Pays de Loire, les Départements de la Mayenne et de la Vienne, nous étions les seuls prêts à examiner une première phase de soutien. De plus, l'audit commandé par l'Union régionale des Scop des Pays-de-Loire certes contesté par l'entreprise, cible un certain nombre de problèmes et un avenir assez flou."
Le président de la Région se dit cependant prêt à faciliter la reprise de l'entreprise, notamment le site de Valdivienne "à l'issue de la procédure judiciaire".
Jean-François Macaire propose d'aider à la mise en place d'un plan de retournement permettant d'assainir les finances de l'entreprise et de trouver un financeur privé prêt à investir, après la procédure judiciaire, soit dans les deux sites soit seulement dans celui de Valdivienne qui est le plus important.
Le président de Région affirme par ailleurs que des contacts sont en cours avec un repreneur potentiel. Celui-ci devrait faire connaître sa position dans une quinzaine de jours.



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie