Réforme territoriale : vers plus de régions et d'intercommunalité

L'Assemblée nationale a adopté, par 306 voix contre 238, la nouvelle répartition des compétences entre collectivités locales. Elle encourage la montée en puissance des régions et des intercommunalités.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité
Socialistes, écologistes et radicaux de gauche ont voté pour, tandis que Front de gauche, UMP et UDI ont voté contre ce texte, à moins de deux semaines du premier tour des élections départementales.

Deux députés PS ont cependant voté contre, et cinq se sont abstenus, dont le président de l'Association des régions de France, Alain Rousset.

Le texte doit maintenant repartir en seconde lecture au Sénat, les deux chambres ayant plusieurs points de divergence, notamment sur la taille minimale des intercommunalités ou les pouvoirs de la Métropole du Grand Paris.

"Il était essentiel que le cadre des compétences des collectivités territoriales soit stabilisé à la veille des élections départementales", s'est félicité dans un communiqué Manuel Valls qui souhaite "qu'un accord puisse être défini, au nom de l'intérêt général, entre le Sénat, l'Assemblée nationale et le Gouvernement".

Le projet de loi NOTRe (Nouvelle organisation territoriale de la République) vient compléter le redécoupage au 1er janvier 2016 de la France en 13 grandes régions.

Le texte initial du gouvernement, qui entendait transférer le plus possible de compétences des départements vers les régions et les intercommunalités, dans la perspective d'une suppression des conseils départementaux à l'horizon 2020, a bien évolué.


Maintien des départements

Dès octobre, sous la pression notamment des radicaux de gauche, très attachés aux départements, Manuel Valls rectifiait le tir en se prononçant pour le maintien des départements, au moins dans de nombreuses zones rurales.
En décembre, les sénateurs obtenaient du gouvernement que les collèges restent dans les compétences des départements.

Les députés et le gouvernement ont aussi finalement renoncé à leur retirer la gestion de la voirie (380.000 km de routes), ne transférant aux régions que les transports scolaires.

Les députés ont néanmoins mis fin au principe de la clause de compétence générale pour éviter les doublons entre régions et départements.
Les régions deviennent clairement le chef de file du développement économique et pourront jouer un rôle au niveau de l'emploi, sans toucher aux prérogatives de Pôle Emploi.

Des intercommunalités plus fortes

Les députés ont également ouvert la voie à la délégation de certaines compétences, comme la voirie, des départements aux métropoles créées fin 2013, comme c'est déjà le cas à Lyon.

Le renforcement des intercommunalités est un des autres objectifs du texte. Les députés ont ainsi commencé à s'attaquer aux innombrables syndicats mixtes en votant le transfert des compétences concernant l'eau et l'assainissement aux intercommunalités d'ici à fin 2017.

Ils ont voté le relèvement de la taille minimale des intercommunalités de 5 à 20.000 habitants avec cependant de nombreuses dérogations pour les zones peuplées ou celles récemment fusionnées.

Le projet de loi a, pour l'UMP, "erré, de revirements en confusion" et provoqué une "immense déception chez l'UDI.
Le Front de gauche a dénoncé une "marche forcée vers l'intercommunalité" et "l'absence de garantie dans la durée sur le maintien du niveau départemental".

La présidente du Conseil général 87 satisfaite

Dans un communiqué, Marie-Françoise Perol-Dumont se félicite des termes du projet de loi NOTRe voté à l’Assemblée nationale mardi.

La Présidente du Conseil général et Sénatrice de la Haute-Vienne trouve "qu'il conforte les Départements dans leur rôle d’échelon des solidarités sociales et territoriales et réaffirme, tout en supprimant la clause de compétence générale, leurs missions de proximité (entretien et exploitation des routes oue encore entretien et équipement des collèges)".