Cet article date de plus de 6 ans

Semer la "confusion sexuelle" pour protéger son verger

Un ver dans une pomme, c'est naturel. Sa présence est due au carpocapse, un papillon nocturne ravageur qui en période d'accouplement largue ses oeufs sur les fruits. Une fois éclos, des larves attaquent le fruit, le rendant inconsommable. Une solution : adopter la "confusion sexuelle"
© Joachim K. Löckener (Own work) / CC-BY-SA-3.0 / Wikimédias
En Limousin, on compte 300 exploitations fruitières qui cultivent en grande partie des pommes.
Les vers dans les pommes sont un vrai fléau pour les pomiculteurs. Leur production infectée est alors inconsommable, invendable. En cause, un papillon ravageur : le carpocapse.

Cet insecte visible au crépuscule largue ses oeufs sur les fruits. Au moment de l'éclosion, des larves apparaissent et attaquent le fruit donnant naissance à un ver.
Il existe diverses solutions pour éradiquer le papillon mais elles sont nombreuses à être chimiques.

L'Association Nationale Pommes Poires se mobilise pour mettre en place une méthode de bio-contrôle appelée "confusion sexuelle".
C'est en réalité un diffuseur d'hormones.
Destinés aux professionnels, Ils ressemblent à des fils de fer de petite taille recouvert de plastique imprégné d'hormone sexuelle femelle des carpocapses.
Placée dans les arbres, la phéromone se diffuse dans l'air, désorientant les mâles qui s'épuisent à trouver les femelles. Sans accouplement pas de larves, on ne retrouve ainsi aucun ver dans les pommes, les poires, les prunes.

Ce n'est pas une nouveauté, elle existe depuis une dizaine d'année mais les professionnels l'a recommandent parce qu'elle est une véritable alternative aux produits phyto-sanitaires. De plus, elle respecterait l'éco-système, l'équilibre naturel.  

Reportage ce soir dans notre édition du 19/20
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
archives agriculture bio agriculture environnement