Après la Charente-Maritime, les cigognes blanches s'implantent dans d'autres départements de la région

Les cigognes blanches se plaisent de plus en plus dans la région. Installées en grand nombre dans les marais de Charente-Maritime, elles s'installlent désormais dans les Deux-Sèvres, dans le Marais Poitevin et en Charente.

Un nid de cigognes
Un nid de cigognes © Francis Giraudon - LPO

En 1974, les cigognes blanches étaient une espèce quasiment disparue en France. Il ne restait plus que 11 couples, dont neuf en Alsace. Aujourd'hui, c'est le département de la Charente-Maritime qui compte le plus grand nombre de ces échassiers, avec en 2020 636 couples et 952 petits à l'envol. C'est la plus grande population française devant les départements Alsaciens, en attendant le recensement effectué cette année.

Mais désormais, le territoire de Charente-Maritime devient presque trop petit. Les marais de Brouage et de Rochefort ont une population très fournie et les oiseaux débordent sur la vallée de la Charente ils remontent jusqu'à Cognac.On en voit aussi maintenant dans le Marais Poitevin. Une dizaine de couple est installée dans les Deux-Sèvres.

Un nid de cigognes
Un nid de cigognes © Francis Giraudon - LPO

De la nourriture et un climat relativement doux l'hiver

 

Les cigognes trouvent dans la région une nourriture abondante, notamment les écrevisses américaines. Cette espèce invasive qui a fait de gros dégâts sur les écrevisses autochtones est un mêt de choix pour les cigognes et la région n'en manque pas. De plus le climat est assez doux, à tel point que sur l'ensemble de la colonie de cigognes plus d'une centaine passe l'hiver ici. Les autres font leur migration vers l'Afrique, et depuis plus récemment elles ne descendent plus aussi bas, elles restent en Espagne. Le réchauffement climatique leur assure assez de chaleur de l'autre côté des Pyrénées pour passer l'hiver.

Vol de cigognes
Vol de cigognes © Cécile Rousse

C'est pourquoi certaines font leur retour dès la fin décembre dans la région. Elles reviennent là où elles avaient fait leur nid l'année précédente.

La cigogne est plus fidèle au nid qu'à son partenaire.

Nicolas Gendre,ornithologue à la Ligue de Protection des Oiseaux de Charente-Maritime

Et un nid de cigogne ce n'est pas une mince affaire. Ceux que l'on trouve dans la région pèsent en moyenne autour de 400 kilos ! Le record a été établi en Alsace avec des nids qui pesaient plus d'une tonne...mais il faut bien ça pour accueillir les deux immenses parents, dont l'envergure peut atteindre 2,15 m, et les petits, souvent au nombre de deux ou trois. Comme les pylônes électriques de Charente-Maritime, les arbres du Marais Poitevin sont désormais des caches idéales pour installer un nid et élever ses petits.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
marais poitevin nature parcs et régions naturelles