B comme Battante : le sexisme ordinaire, on en parle ?

Après une première édition "A comme Audacieuse", la Fédération Française des Réseaux pour le Développement Professionnel des Femmes crée "B comme Battante". Ce rendez-vous, 100 % digital, aide les femmes à booster leur carrière et à lutter contre le sexisme ordinaire.

© Magnet Me / Unsplash
L'édition 2020, "B comme Battante" de l'événement annuel des réseaux féminins français sera plus que jamais consacrée au développement professionnel des femmes. Du 2 au 6 novembre, ce rendez-vous digital propose des ateliers, des séances de coaching et des conférences en visioconférence tous les soirs à partir de 18h30 avec des expertes. Au programme : monter sa boîte, entamer sa reconversion professionnelle, lutter contre son sentiment d'imposture, apprendre à négocier son salaire, protéger sa boîte...

Comment contribuer au développement de la parité professionnelle ?

"Le manque de confiance en soi dans la sphère professionnelle, l'auto-censure et le dénigrement sont sans nul doute les premiers freins au développement et à la progression des femmes dans l'entreprise", explique Julie Landès à l'origine de la Semaine B comme Battante, fondatrice et présidente de la Fédépro Fem
 

De toute façon cette promotion, c'est sûr, c'est pas pour moi

Je voudrais demander une augmentation mais je préfère que ça soit mon boss qui me la propose

Comment booster la posture des femmes au travail et faire reculer le sexisme ordinaire, qui entretient chaque jour leur manque de confiance ?
Tels sont les enjeux de la semaine "B comme Battante". 
Le programme de cet événement est varié. Il se compose de séances de speed coaching avec des coachs professionnelles, un webinaire "féminisme & carrière", une table ronde Sororistas "les femmes & le monde de demain" et de 10 ateliers autour des questions suivantes : négocier son salaire, créer sa boîte, chasser le sentiment d'imposture, parler en public...

Point fort de la semaine : le 3 novembre à 19 h 30, une Battle de punchlines pour faire face à des remarques ou situations sexistes, sous la forme d’un quizz interactif avec le public et 4 invitées qui livreront leurs anecdotes, conseils et coups de gueule !

On a imaginé ce format inédit et ludique pour aider les femmes à s'affirmer dans des situations qu’elles vivent encore trop souvent et sans même les identifier parfois...

... explique Alexia Anglade, co-organisatrice de la Semaine B comme Battante, animatrice de la Battle et vice-présidente de la Fédépro Fem.
Le sujet de l’égalité femme/homme est central dans l’actualité. La semaine "B comme Battante" a pour enjeu de fournir aux femmes des clés pour s’affirmer, s'imposer et briser un plafond de verre qui freine leur évolution professionnelle. 

C'est quoi le sexisme ordinaire?

C'est le sexisme du quotidien, pour rigoler... Celui qu'on n'identifie pas tout de suite ou que l'on banalise.

Pourquoi tu t’énerves ? T’as tes règles, ou quoi ?

Demain on a rendez-vous chez le client, ça serait bien que tu mettes une jupe...

T'as pas besoin qu'on t'augmente car ton mari gagne bien sa vie !

Tu es très compétitrice pour une femme !

Dans la vie de tous les jours ou dans le monde professionnel, ce type de petites phrases fleurissent sans vraiment susciter l'indignation, pas même celle des femmes. 
En entretien d'embauche, demande-t-on à un homme s'il compte avoir un enfant dans les deux ou trois ans à venir? C'est bien trop souvent le cas pour les jeunes femmes (et ça s'appelle de la discrimination, et c'est illégal!) 
Le véritable enjeu est de pouvoir détecter ce type de comportement et de savoir y répondre. 
Ces comportements du quotidien peuvent paraître anodins mais ils distillent les idées du sexisme, une idéologie, comme le racisme. Il y a une notion de hiérarchie entre les sexes, le postulat de l'infériorité des femmes par rapport aux hommes. Cela se traduit par un ensemble de manifestations des plus anodines en apparence (remarques, blagues...) aux plus graves (viols, meurtres...), selon le Haut Conseil à l'égalité

Et les hommes dans tout ça ? 

Même s'ils ne subissent pas de discriminations au travail, les hommes sont aussi les victimes des stéréotypes de genre dans leur vie quotidienne ("un homme ça pleure pas", "bats-toi comme un homme") qui font le lit du sexisme ordinaire.
Les dénoncer et soutenir les femmes qui en sont particulièrement victimes au travail, c'est aussi une façon de contribuer à rendre la société plus juste, les femmes plus confiantes et les individus en général plus épanouis.

"Aujourd'hui on travaille beaucoup sur la posture des femmes pour les aider à prendre leur place selon leurs objectifs et selon ce qui dépend d'elles ; mais il serait pour le coup sexiste de considérer qu'elles sont seules responsables de "louper" les opportunités. En réalité, il est nécessaire d'opérer des ajustements à tous les niveaux dans l'entreprise et notamment former les managers hommes et femmes à un management exemplaire : un management qui ne laisse pas de place au sexisme dans des équipes mixtes, qui accompagne les femmes dans leur progression et selon leurs compétences" explique Alexia Anglade.

Les conférences de la semaine "B comme Battante" s'adressent donc aux femmes et aux hommes. La parité femme/homme se construit ensemble et permet des équipes de travail plus performantes.

Les invitées déjà confirmées de la Battle contre le sexisme ordinaire et de la Table-Ronde Sororistas

► Pour s'inscrire, c'est ici : bcommebattante.fedepro-fem.fr
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
femmes société emploi économie